Manuel Periáñez___________________________________manuelperianez1940@gmail.com

 
 

 

 


  accueil

_publications

_textes en
   ligne

_liens

 

Analyse des attitudes psychosociologiques liées aux situations sonores
des riverains des aéroports d'Orly et de Roissy-CdG

Recherche pour la DGAC, novembre 2000

   
 

Sommaire

Résumé                                                                                                         

1 ‑ Conclusions                                                                                              
1.1 Les sources de gêne dans l'environnement et les dix sites d'enquête                                            
1.2 Le bruit des avions la gêne acoustique, ou objectivée                                                                
1.3 Le bruit des avions la gêne sémantique, ou subjective                                                                
1.4 L'incidence des attitudes des riverains des aéroports envers l'aviation en général                         
1.5 Une typologie des attitudes des riverains des aéroports envers le bruit des avions                          
1.6 Propositions concernant le questionnaire pour un sondage                                                         
1.7 Conclusions générales                                                                                                            

2 ‑ Objectifs, méthode, déroulement, hypothèses                                          
2.1 Les objectifs de cette étude et les dix sites retenus                                                                   
2.2 Méthode utilisée pour la collecte des données                                                                         
2.3 Déroulement de cette étude et limitation imposée par « le terrain »                                          
2.4 Hypothèses a priori                                                                                                                

3 ‑ La structure de l'échantillon et l'incidence des variables sociologiques    
3.1 La structure de l'échantillon                                                                                                  
3.2 Le sexe et l'âge                                                                                                                   
3.3 Le nombre d'enfants                                                                                                             
3.4 La profession                                                                                                                        
3.5 Les revenus                                                                                                                          
3.6 Le type et la taille de l'habitat                                                                                              
3.7 Le site d'enquête                                                                                                                  
3.8 Les résidences secondaires                                                                                                    
3.9 L'attitude envers le changement social                                                                                  
3.10 L'indicateur de bien‑être potentiel « BEP » (cf. Annexe 5.4)                                                   

4 ‑ Les attitudes des trente interviewés selon les dix sites                            
4.1 Bullion                                                                                                                                
4.2 Villeneuve St Georges                                                                                                          
4.3 Gonesse                                                                                                                              
4.4 Goussainville                                                                                                                       
4.5 Iverny                                                                                                                                 
4.6 St Mard                                                                                                                               
4.7 Montmorency                                                                                                                      
4.8 Sannois                                                                                                                               
4.9 Le Mesnil Amelot                                                                                                                 
4.10 Le Mesnil Aubry                                                                                                                 

   
 

Résumé

La sensibilité accrue des riverains d'aéroports aux problèmes d'environnement et plus particulièrement de nuisances sonores rend nécessaire de préciser les comportements des riverains des aéroports vis à vis du bruit et de mieux appréhender les aspects subjectifs de la gêne due au bruit des avions.

L'objet de cette étude est de décrire et d'analyser les attitudes psychosociologiques des riverains d'Orly et de Roissy soumis à différents niveaux de bruit d'origine aéronautique, afin de

1. en déduire une typologie ;
2. formuler des propositions de questions pour un futur sondage sur le même sujet.

Pour ce faire, nous avons mené 30 entretiens explorant les divers champs psychosociologiques nécessaires au diagnostic de gêne auprès d'un échantillon de riverains repartis sur dix sites autour des aéroports d'Orly et de Roissy. Les dix sites retenus par la DGAC pour cette étude étaient :

  • près d'Orly : Bullion (à l'Ouest, dans la Vallée de Chevreuse), et Villeneuve St Georges (à l'Est des pistes) ;
  • près de Roissy‑CdG : Gonesse; Goussainville; Le Mesnil Amelot ; Le Mesnil Aubry Montmorency ; Sannois ; St Mard ; Iverny.

La gêne des riverains des aéroports est bien réellement acoustique et intrusive pour les uns, davantage sémantique et psychologique pour d'autres, mais elle existe chez tous. Malgré le fait que les personnes les plus atteintes par ces nuisances n'ont pas voulu participer à l'enquête (à laquelle ont surtout participé des personnes présentant un « indicateur de bien être potentiel » positif ou moyen), les nuisances aéronautiques sont perçues chez 17 interviewés sur 30 comme étant leur « problème ». Perçue ou non, parlée ou non, cette gêne a certainement des effets réels, physiques, psychiques et sociaux.

Ces riverains se laissent classer selon une typologie en 6 groupes selon leur attitude psychosociologique.

Pour le questionnaire du futur sondage, nous avons proposé de renforcer le nombre de variables d’analyse afin de contextualiser davantage les données obtenues par les nombreuses questions déjà prévues, et surtout de le compléter par une version allégée de notre indicateur de « bien être potentiel », I'IQV (indicateur de qualité de vie), ne nécessitant pas de diagnostics à tendance clinique.
   
 

1 ‑ Conclusions

   
 

1.1 Les sources de gêne dans l'environnement et les dix sites d'enquête (cf tableau §5.1)
Les réponses aux questions Al à A7 du guide d'entretien (cf. Annexes § 5.2), commençant par « qu'est ce qui est important pour vous ? » et explorant ensuite l'ensemble des problèmes d'environnement tels qu'ils sont énumérés par les interviewes nous a permis d'établir trois degrés de préoccupations chez eux. Les nuisances aéronautiques (le bruit des avions et « le kérosène ») dominent comme « problème n°1 » chez 17 interviewés sur 30, suivies par « la sécurité », le manque de civisme, les dégradations, l'exclusion sociale ou urbaine, qui totalisent 8 cas sur 30 ; viennent ensuite « le bruit en général » (avions, voitures, trains, voisins, etc.), le bruit des camions, et celui des mobylettes : cette catégorie, vécue localement comme plus bruyante que les avions, totalise 4 cas. Enfin, Mme Bu104, personne assez originale comme on pourra le lire dans les résumés des entretiens (cf. § 4.1) déclare que la qualité de l'eau est le véritable problème chez elle... A noter que « le kérosène », la mauvaise qualité de l'air ne sont avancés comme « problème n°1 » que dans deux cas, l'un est un cas d'asthme, l'autre est celui d'un grand amateur de vie au grand air.

   
 

Cette plainte concernant la mauvaise qualité de l'air devient cependant importante en tant que « problème n'2 » : 6 cas sur 30, à égalité avec le bruit des avions qui est choisi en second lieu par 4 des personnes qui donnent la première place au civisme, et assez logiquement par les 2 qui font passer en premier la qualité de l'air. Ces deux catégories sont légèrement devancées par les 10 personnes qui citent diverses sources de gêne sonore autres que les avions (la circulation, les voisins, les jeunes, les chiens, et le bruit en général). On trouve en fin de classement le manque de civisme, la qualité de l'eau, et trois plaintes plus originales : l'urbanisation, l'ennui, la qualité de la vie...

   
 

En troisième position on trouve en tant que « problème n'3 » ex aequo 6 sources sonores diverses (les camions, les tracteurs, les trains, les travaux, la circulation, les voisins), puis 6 items concernant la sécurité, la propreté et le manque de civisme, enfin 6 personnes qui mentionnent la qualité de l'eau. La qualité de l'air (en relation avec les avions) n'est plus mentionnée que 3 fois, le bruit des avions ne l'est plus que 2 fois. Les plaintes originales augmentent : la politique de l'environnement, l'absence d'animation, les charges foncières, le projet de nouvel aéroport, la santé... Et, même, « rien », car deux personnes n'ont pas été capables d'imaginer trois problèmes importants dans leur existence, elles n'en ont trouvé que deux.

   
 

Concernant les dix sites d'enquête, la compilation des seules plaintes « aéronautiques » (avec une pondération pour les trois niveaux déjà évoqués) donne un classement par ordre de gêne décroissante tout à fait étonnant :

   
 

1° : St Mard (à 13 km à l'Est de Roissy‑en‑France)
2° : Le Mesnil Aubry (à 10 km au Nord‑ouest de Roissy‑en‑France)
3°  Iverny (à 19 km à l'Est de Roissy‑en‑France) ;
4°  Goussainville (à 4 km au Nord‑ouest de Roissy‑en‑France) ;
5°  Le Mesnil Amelot (à 5 km de Roissy‑en‑France à l'Est) ;
6°  Villeneuve St Georges (à 7 km à l'Est de l'aérogare d'Orly) ;
7°  Sannois (à 20 km à L'Ouest de Roissy‑en‑France) ;
8°  Montmorency (à 16 km à L'Ouest de Roissy‑en‑France) ;
9° Gonesse (à 6 km à L'Ouest de Roissy‑en‑France) ;
10° : Bullion (à 30 km à l'Ouest de l'aérogare d'Orly).

   
 

Il s'agit donc ici d'un classement purement subjectif, selon les plaintes exprimées le plus spontanément par les 30 interviewés au début de l'entretien (bien avant la passation du volet de questions spécifiques à l'aviation). Notre étonnement quant à ce classement provient d'une part de l'indépendance apparemment totale entre la gêne subjective et l'éloignement des pistes (sans doute imputable aux trajectoires réelles des avions), et d'autre part de notre propre expérience sur place lors des enquêtes. Nous avons donc procédé à notre propre classement subjectif, en consultant nos notes de terrain, et la comparaison donne le tableau suivant :

   
 

Comparaison des classements subjectifs des 10 sites par les interviewés et par l'enquêteur

 

fort bruit d'avions :

moyen bruit d'avions

faible bruit d'avions :

selon la subjectivité des personnes interviewées

St Mard, Le Mesnil Aubry, Iverny, Goussainville

Le Mesnil Amelot, Villeneuve St Georges, Sannois

Montmorency, Gonesse, Bullion

selon la subjectivité de l'enquêteur

Villeneuve St Georges, Goussainville, Le Mesnil Amelot

Gonesse, Le Mesnil Aubry, Montmorency

Iverny, Bullion, Sannois, St Mard


   
 

Il est clair, aussi approximative que puisse être cette comparaison, que les gens qui vivent sur place toute l'année ont une toute autre expérience dans la durée, et partant, d'autres attitudes qu'un visiteur, même motivé. Le § 4, où nous passons en revue les propos les plus importants de chaque interviewé selon les dix sites d'enquête, montre toute la diversité de ces attitudes individuelles en réponse à l'environnement, diversité où réside en définitive, à notre sens, l'explication de ces différences flagrantes.

   
 

1.2 Le bruit des avions : la gêne acoustique, ou objectivée
Face à la pollution sonore, certaines personnes ne veulent rien entendre des avions, et ne perçoivent pas, par exemple de différences de bruit entre les avions depuis vingt ans ; tandis que d'autres sont plus nuancées et, pour certaines d'entre elles font preuve même d'une véritable écoute musicale du paysage sonore de l'aviation ! Entre ces deux extrêmes, tous les échelons semblent présents chez nos interviewés.

Les différences entre le bruit des atterrissages et des décollages : Les personnes interrogées semblent d'accord sur le fait que les décollages sont plus bruyants que les atterrissages, et même l'interviewée la plus inconditionnelle du monde de l'aviation, Mme. LMAm0l, qui prétend que les Mobylettes sont bien pires que les avions, finira par dire que « les décollages sont vraiment gênants ». Mais 3 d'entre elles sont davantage gênées par les atterrissages ; cela n'est pas lié aux sites (mis à part l'éloignement de Sannois, où il se pourrait bien que seuls les survols, et non plus les mouvements aux abords des pistes, soient perceptibles).

  • plus grande gêne au décollage : Bullion02 : (au décollage, vers l’Ouest, de gros porteurs passent parfois à 100m. Exceptionnellement il sort voir les plus bruyants, « en fulminant ») ; Bullion03 : « ils décollent exactement sur Bullion », VSG01 /02 : « c'est plus long », « ils passent au dessus de la maison », Gon01 : « Quand le Concorde décolle, on l'entend ! », Gouss01 : (S'ils passent très bas, ils empêchent de suivre une conversation dans son pavillon), Iv02 : « le dimanche on les entend même en continu, c'est ce qui dérange le plus », Iv03, SM03 : Les décollages « on les entend depuis la salle à manger », Montm03 : les différences sont « flagrantes », LMAm01, LMAm02 : (le plus gênant ce sont les pics de décollages vers 10, 11 heures jusqu'à 15 heures et le soir à partir de 22 heures jusqu'à une heure du matin), LMAub01 : (Selon le vent ils passent très bas au‑dessus de chez elle au décollage, elle n'entend jamais d'atterrissage), LMAub02 : (les pilotes ‑ croit‑il ‑ utilisent son pavillon à lui comme balise pour tenir leur cap lorsqu'ils décollent : ils passent tous au‑dessus de chez lui !)
  • plus grande gêne à l'atterrissage : Bull01 : (l'atterrissage par vent d'Est comme étant une gêne certains jours), Gon02 : « c'est quand il descend qu'on l'entend vraiment beaucoup » ; Gon03, Montm02.
  • pas de différence : Gon04, SM01, San01, San02

La perception de changements techniques (moteurs) : Cette perception n'est pas l'apanage des seuls mécanos avisés tel M. Bull0l ; Mme VSG04, par exemple est tout à fait sensible aux motorisations :

Bull01 : « les moteurs sont plus puissants, et tournent plus lentement », Bull03 : (ils sont aujourd'hui moins bruyants, cela est dû au progrès des moteurs.) VSG01/02 : « il est devenu possible de suivre une conversation dans la rue, les moteurs ont changé », VSG04 : « les moteurs ont fait beaucoup de progrès », Montm03 : (La solution selon lui est dans la technologie des réacteurs.)

La perception de différences entre les avions : Beaucoup de personnes perçoivent une différence entre les avions actuels et ceux d'autrefois, mis à part le Concorde que tout le monde connaît sauf Mme. Montm01. La Caravelle a laissé un souvenir tenace. Ils distinguent assez fréquemment entre les différents avions actuels (Les Airbus, plus discrets, et « les autres »). Certaines personnes, cependant, tiennent à marquer leur distance par rapport à ces distinguos, et prétendent ne percevoir « aucune différence ».

  • perçoivent les différences : Bull03 : (on n'est plus au temps des Caravelles), VSG01/02 : « les avions sont plus silencieux, on ne peut pas les comparer à il y a une quinzaine d'années », VSG03 : (les Airbus ont apporté une légère amélioration au plan du bruit), VSG04 : (les avions à hélice ne l'avaient jamais gênée : la gêne, ce sont davantage les réacteurs que l'accroissement du trafic aérien), LMAm02 : « Le bruit des avions a changé, la Caravelle a disparu, elle mettait longtemps à passer », LMAub02 (Le bruit des avions à changé pour certains modèles, il reconnaît les Airbus.)
  • ne perçoivent aucune différence : Montm01 : (Elle ne voit aucune différence entre les avions, même entre le Concorde et les autres). LMAm01 : (Elle ne connaît pas la différence des bruits entre les différents avions, chose qu'elle a délégué à son mari.)

La perception de changements dans le bruit au fil des ans : Il y a une belle unanimité pour dire que le bruit augmente, ainsi que le trafic aérien. Seuls ou presque, le couple d'interviewés VSG01/02 remarque une diminution du trafic sur Orly...

  • augmentation du bruit : VSG03, VSG04, Gon0l : (le bruit a beaucoup augmenté : le nombre de vois s'accroît en permanence), Gon03 : (dans son enfance on n'avait à Gonesse que le bruit des avions du Bourget : c'est avec Roissy que les choses se sont nettement aggravées), Gouss02 : « En 1984 il y avait beaucoup moins de bruit que maintenant, c'est devenu dramatique 1 », SM01, SM02 : « Les avions semblent, ces derniers temps, avoir décidé de survoler précisément notre pavillon », San01 : (Le bruit des avions a changé, elle a l'impression qu'il y en avait moins autrefois, ou bien qu'ils passaient ailleurs.)
  • diminution du bruit : VSG01/02 : (Les avions ont selon eux diminué en nombre depuis l'ouverture de la dernière piste de Roissy, il y a cinq ou six ans), Gon03 : « le bruit des avions a diminué : les hélices étaient plus bruyantes, elles avaient une autre sonorité ».
  • pas de changement : Montm01 : « leur bruit n'a pas sensiblement changé »

La perception acoustique fine : Enfin, une minorité de personnes se montre nuancée dans l'écoute du bruit, certains allant jusqu'à parler de la « musicalité » des sons techniques...

   
 

BuIl01 « Leur bruit est moins aigu, moins sifflant que sur les appareils du passé », BuII03 : (Les avions produisent un grondement quasi permanent, mais pas gênant), VSGO4 : (elle a vécu autrefois dans une commune voisine survolée par les avions, où les avions à hélice ne l'avaient jamais gênée : la gêne, ce sont davantage les réacteurs que l'accroissement du trafic aérien), Gon03 : « le bruit des avions a diminué : les hélices étaient plus bruyantes, elles avaient une autre sonorité », Gouss02 : Le bruit des avions a changé, mais en mal : « il est plus fort, il est plus lourd, plus grave, il dure plus longtemps » ; LMAm01 : (La gêne dépend de la musicalité des bruits : le son des cloches est supportable, les autobus de la déviation actuellement devant chez elle ne le sont pas).

   
 

1.3 Le bruit des avions : la gêne sémantique, ou subjective
Nous regroupons ici les attitudes des personnes interviewées non plus selon les bruits qu'elles perçoivent, mais selon les représentations mentales que ces percepts mettent en œuvre.

   
 

La relativisation de la gêne :
Une façon de se défendre contre l'agression sonore c'est de relativiser son désagrément par rapport à ceux qui souffrent bien davantage, souvent des parents proches : ailleurs, l'on est encore bien plus mal loti que chez eux...
Une variante de cette attitude consiste à puiser dans son expérience propre, quand l'on a habité un endroit encore plus bruyant (cas de M. Bull02).

   
 
  • « ailleurs, les gens sont plus malheureux » : Bull01 (plaint les riverains d'Orly), Bul02 : (son cousin de Brie Comte Robert, lui, vit l'enfer entre la Francilienne, Roissy et le TGV.. ), Gon02 : (Le bruit des avions lui paraît relativement supportable à Gonesse, si elle le compare à celui que supporte sa cousine à Goussainville), Montm03 : (il pense que le bruit des avions à une influence sur la santé, notamment « les états dépressifs à Goussainville » et sur les écoliers de son établissement à Gonesse, où « les conditions sont terribles »), San01 : (Lorsque le Concorde passe, elle pense à sa fille qui habite exactement sous sa trajectoire), MontM03 : (Le Concorde passe assez haut chez lui, mais il sait qu'à Gonesse il est terriblement bruyant.)
  • « nous avons connu pire ailleurs nous-mêmes » : Bull02 : (Auparavant ils étaient riverains à Chaville d'une ligne à quatre voies de la SNCF, avec à certaines heures un train toutes les deux minutes.)
   
 

La perception de mutations sociales à cause des nuisances :
Le bruit des avions, considéré sur plusieurs décennies, finit par se révéler comme un facteur social néfaste pour certaines communes, qui voient fuir les jeunes, les activités et les emplois, et affluer des « populations à problèmes » : à Villeneuve Saint Georges, tous les interviewés l'ont dit, chacun à sa manière (mais à cause précisément de la débâcle locale, nous n'y avons été reçu que par des personnes surinformées militantes parfois).

   
 

VSG01 /02 : (Villeneuve Saint-Georges a beaucoup changé, les enfants ont tendance à partir, et ils tient ce fait à l'insécurité et l'appauvrissement de la ville. lis sont moins satisfaits de Villeneuve Saint Georges qu'autrefois ; il y a trop de cambriolages. La police ne fait rien. Autrefois « La Passerelle », ou ils habitent, c'était le quartier résidentiel, « il arrivait qu'on parte en vacances en laissant les portes ouvertes ») ; VSG03 : (Le bruit des avions finit par susciter localement une mutation sociale, de plus en plus de gens quittent la région, et ils tendent à être remplacés « par des populations à problèmes ». L'immobilier perd de sa valeur, un très grand nombre de pavillons sont en vente, mais la réputation de Villeneuve Saint-Georges (avions, bouchons, bruit, pollution) provoque une chute de l'ordre de 20%. A part les avions, et en dehors de toute considération politique, précise‑t‑il, ce qui pose problème à Villeneuve Saint-Georges ce sont des bandes de jeunes qui parfois font du bruit une partie de la nuit durant) ; VSG04 : (Le bruit des avions est un gros handicap pour Villeneuve Saint-Georges « parce que les gens n'ont plus pu faire construire, on avait le droit d'acheter et de modifier du vieux mais plus de construire du nouveau, donc les gens sont partis plus loin. Mais petit à petit ils ont été remplacés par des populations, disons, plus difficiles ». « Villeneuve Saint-Georges était autrefois une ville très commerçante, très vivante, maintenant deux commerces sur trois sont fermés. Nous avons eu tous les inconvénients et aucun avantage, les avions ne nous ont rien apporté », contrairement à Villeneuve le Roi, plus nuisancé, et qu'ADP selon elle « a donc muni de grosses ressources ». Villeneuve Saint-Georges est devenu une commune pauvre avec une population à problèmes, et des impôts très élevés compte tenu de l'environnement très médiocre).

   
 

La perception de l'existence.de procédures anti‑bruit :
Relativement peu de gens nous ont parlé des procédures d'envol anti-bruit, angles plus raides au décollage, etc., mais parmi ceux qui les mentionnent, certains ne le font que pour préciser qu'elles ne seraient pas respectées. Le plus souvent, le non-respect supposé de ces procédures est attribué « aux pilotes », dans une belle ignorance du rôle des contrôleurs aériens généralement à l'origine des survols insolites quand ils déroutent occasionnellement un vol.

   
 
  • les procédures sont respectées : VSG04 : (Elle apprécie depuis peu l'angle accru au décollage pour diminuer le bruit…), Gouss02 : « les avions qui décollent très très haut ne posent pas de problème. Ceux d’Air France sont beaucoup plus lourds, ils ont plus de mai à décoller », Iv01 (la gêne n'est pas tant liée à la quantité d'avions qu'à certains survols à basse altitude), SM03 « l’A320, il décolle avec un angle beaucoup plus raide, on les entend beaucoup moins. »
  • les procédures ne sont pas respectées : Mont02 : (il reçoit le bruit des avions de plein fouet, et se demande s'ils respectent bien les hauteurs de survol réglementaire), San02 : (Il n'est pas certain que les avions respectent les plans de vol, les altitudes etc.), SM02 : (Le Concorde, par exemple, quand il garde sa route normale ne pose aucun problème, « mais quand il me survole ça fait gling gling dans la vitrine et ça vibre longtemps »).
   
 

L'utilisation de la résidence secondaire pour décompresser
Beaucoup de personnes qui ont la possibilité de partir au vert se reposer les tympans et les nerfs, ne mentionnent pas cette pratique en relation directe avec le bruit des avions. Dans 7 cas, par contre, elle remplit un rôle suffisamment important pour que les personnes s'en soient rappelées :

   
 

VSG04 : (Son pied à terre à Trouville lui sert heureusement pour y retrouver le calme, « je me vidais la tête complètement ».), Iv01 : (Il pourrait échapper aux avions en se mettant aux vert chez ses parents dans le Nord, mais il précise que le bruit n'est pas si gênant qu'ils doivent en arriver là), SM02 : (lis retournent souvent chez sa sœur, ou ses beaux-parents~ dans la banlieue lyonnaise où ils n'entendent plus d'avions), Montm02 : (son vrai terroir est dans sa Corrèze natale), San01 : (lis partent le plus souvent possible dans leur maison de campagne « pour décompresser de la vie urbaine », mais la base d’Évreux en est proche), San02 : (Il ne fréquente plus la maison de campagne de ses parents~ qu'il laisse désormais à ses frères), LMAm02 : (Une fois par mois ils vont du côté de Péronne, dans la maison de ses beaux-parents~ pour se déstresser car ils n'ont pas de bruit d'avions. À la campagne, il n'a jamais entendu des bruits agricoles).

   
 

L'adhésion personnelle à la cause de l'aviation :
Dans 5 cas, la sympathie assez courante envers l'aviation se traduit par un engagement plus poussé, mais cela n'empêche pas 4 de ces 5 personnes de considérer que le transport aérien est le « problème n°1 » chez eux au plan sonore :

   
 

VSG04 : (Elle se souvient du temps où elle avait commencé à voyager en avion avec son mari, « j'adorais me sentir décoller, cette poussée » ; elle a remarqué qu'à leur retour elle tolérait beaucoup mieux le bruit des avions à Villeneuve Saint-Georges. Elle a dit à ce sujet à son mari que, pour diminuer les plaintes, les gens de l'aviation « devraient offrir à tous les riverains au moins un voyage par an »), Gon01 : (Elle aime bien voir les avions, elle va au salon du Bourget, « les voir faire des loopings, des figures. C'est la technique, c'est le modernisme, c'est beau quoi. » Elle connaît St Ex, Hélène Boucher...), Gon02 : (Le couple prend l'avion tous les ans au moins pour se rendre à Conakry, l'avion est le cordon ombilical qui les relie à leurs origines et leur permet de supporter une vie difficile en France), San01 : (Les aéroclubs, les avions à hélice, les hélicoptères ne les dérangent qu'à la campagne, près d'Évreux : « nous avons de tout, même des ULM, et puis les préparatifs du défilé aérien du 14 juillet ! » Elle préfère finalement ne pas apprendre à piloter car elle aurait trop peur des lignes à haute tension en volant à basse altitude...), LMAub02 : (Dans son enfance, il a connu Villeneuve-Saint-Georges vers 1950 et n'a pas gardé de ‑souvenir des avions. L'aviation est une des grandes épopées de notre époque ; son père était un ami de l'as de la chasse Clostermann.)

   
 

La crainte de l'accident :
La possibilité d'un accident d'aviation sur le lieu où l'on habite semble donner lieu à une angoisse assez diffuse, qui ne s'exprime consciemment que sur le lieu de l'accident le plus tristement célèbre, celui du Tupolev tombé à Goussainville il y a trente ans, lieu où cet accident fait partie de l'histoire vécue par la communauté des résidents, sur des modes différents :

   
 

La crainte de l'accident :
La possibilité d'un accident d'aviation sur le lieu où l'on habite semble donner lieu à une angoisse assez diffuse, qui ne s'exprime consciemment que sur le lieu de l'accident le plus tristement célèbre, celui du Tupolev tombé à Goussainville il y a trente ans, lieu où cet accident fait partie de l'histoire vécue par la communauté des résidents, sur des modes différents :

   
 

Gon01 : (Elle se souvient de l'accident du Tupolev sur le Tillay, qui est rattaché à Goussainville. Elle même n'a pas peur, mais dans le quartier il y a beaucoup de gens qui craignent un nouvel accident)o, Gouss01 : (La peur des accidents est restée vivace dans ce quartier, où l'on connaît par cœur leur liste complète depuis la chute du Tupolev), Gouss02 : (le souvenir marquant de son enfance au Tillay c'est l'accident du Tupolev, qui a coupé en deux la maison en face de chez elle... Un vieux voisin garde la mémoire de tous les accidents aériens depuis l'avant guerre), LMAm02 : (le « problème n'3 », la crainte des chutes d'avions.)

   
 

Les significations particulières :
Enfin, un certain nombre de représentations inclassables appartiennent uniquement aux individus, dont on peut admirer au passage la capacité d'élaboration de significations associatives complexes :

   
 

Gon01 : (Ce qui la dérange le plus, c'est qu'ils passent toutes les 30 secondes exactement sur le cimetière de Gonesse, où est enterré son mari récemment décédé, et, concernant les vivants, elle dit : « l'hôpital à côté, qu'est ce qu'il doit prendre ! »), Gon02 : (Le couple prend l'avion tous les ans au moins pour se rendre à Conakry, l’avion est le cordon ombilical qui les relie à leurs origines et leur permet de supporter une vie difficile en France), Gon04 : (même les phares d'atterrissage les dérangent (surtout l'enfant), Gouss02 : (Le bruit des chiens, le leur et ceux des voisins, est un bruit relativement positif puisqu'il signifie que le quartier est bien surveillé malgré le bruit des avions qui peut fournir un écran acoustique à celui des agressions et de l'insécurité), LMAm01 : (Concernant le bruit des avions elle dira tout d'abord « que ça ne la dérange pas », surtout les essais de moteurs qui signifient pour elle que son mari mécano à Air France fait son travail), LMAub02 : (Non seulement il les voit de chez lui, mais il pense même que les pilotes utilisent son pavillon comme balise pour tenir leur cap lorsqu'ils décollent : ils passent tous au-dessus de chez lui !).

   
 

1.4 Les attitudes des riverains des aéroports envers l'aviation en général
Le degré de gêne ressenti par les personnes interviewées est-il en relation avec leur attitude générale envers l'aviation ? Une hypothèse de bon sens voudrait que les personnes qui aiment l'aventure technique et humaine de l'aviation, dont on vient de fêter le centenaire, supportent mieux le bruit des avions (voire parfois même l'apprécient). Il s'avère que ce n'est pas aussi simple, ni aussi évident, car des 16 personnes sur 30 qui adorent l'aviation, son histoire et ses héros légendaires, 8 se disent souvent gênées, voire très gênées, par le bruit des avions, y compris les 5 qui adhèrent personnellement sur un mode plus historique à la cause de l'aviation (elles auraient aimé piloter, etc.). En effet, sur les 30 personnes interrogées pour cette étude 12 ont montré une attitude clairement positive envers l'aviation actuelle (16 si l'on inclut les 4 qui limitent leurs sentiments positifs à l'aviation des pionniers). Sur ces 12 personnes, 4 seulement déclarent le bruit d'avions en tant que « problème N°1 », les 8 autres personnes dans ce cas ont une attitude envers l'aviation plutôt utilitaire, indifférente, mitigée, négative ou angoissée (crainte d'accidents, 3 cas).
L'avion le plus gênant en dB(A), le Concorde, est celui qui gêne le moins en durée car il passe très vite, et, au plan subjectif, il fait plaisir à voir sinon à entendre car il est unanimement jugé comme étant très beau, voire comme symbolisant le génie français. La plupart des personnes semblent cependant bien conscientes que la rareté des vols de cet avion entre pour beaucoup dans cette attitude, qui changerait radicalement si ces vols étaient plus nombreux.
Parmi les sept personnes à l'attitude négative envers l'aviation, on n'est pas réellement surpris de trouver tous les interviewés de Villeneuve-Saint-Georges (commune la plus « nuisancée » parmi les dix sites de cette étude, mais où Mme VSG02, cependant, déclare aimer « les débuts seulement » de l'aviation), ainsi que l'instituteur de Gonesse dont l'école doit fermer pendant le salon du Bourget (Mont03). Lié à l'attitude à l'égard du Concorde, le fait que seulement sept personnes trouvent que l'aviation est une chose négative, là ou bien d'autres subissent autant de bruit d'avions qu'elles, ne s'explique à notre sens que par un changement d'image de l'aviation en général : ce terme n'évoque désormais plus l'épopée des débuts ou la prouesse technique d'exception, mais une morne routine quotidienne comparable à celle de la SNCF (d'ailleurs affichée, puisqu'il y a « bus » dans Airbus).
Les cas d'attitude indifférente envers l'aviation semblent davantage liés à des problématiques personnelles  — M. Bull02 a mémorisé pendant vingt ans tous les bruits de locomotive, et ne désire manifestement pas recommencer avec ceux des avions ; M. Gon03 est né à Gonesse, et le bruit des avions constitue pour lui le paysage sonore banal de son enfance ; et Mme Iv03 se plaint presque autant des camions de betteraves devant chez elle ou de ses voisins bricoleurs.

   
 

1.5 Une typologie des attitudes des riverains des aéroports envers le bruit des avions
Il y aurait, à notre avis, six groupes d'attitudes envers le bruit des avions chez les riverains des aéroports, selon le degré de gêne subjective qu'ils manifestent, que nous allons illustrer ci‑dessous par les citations des intéressés. Pourquoi six groupes et non davantage, comment peut‑on estimer qu'il y a peu de chances qu'existent d'autres attitudes ? De par la répétitivité des propos tenus par notre trentaine d'interviewés. Il existe sans doute des attitudes différentes, mais il faudrait augmenter considérablement la taille de l'échantillon pour voir apparaître la répétition de nouvelles attitudes, de plus en plus rares. Avec nos six groupes, nous estimons décrire suffisamment l'essentiel des attitudes qui existent à l'heure actuelle autour de ces deux aéroports. Les exemples cités les illustrent, pensons-nous, d'eux-mêmes.

   
 

A) Ne sont pas gênés du tout par le bruit des avions, car ils vivent de et pour l'aviation :
LMAm01 : Il n'y a qu'un seul cas, celui de Mme. LMAm01, dont le mari est mécanicien d'Air France sur moteurs à réaction. Le bruit est pour elle quelque chose d'intolérable, « sauf les avions » ! Elle trouve, par contre, que « les mobylettes donnent envie de tuer ». Concernant le bruit des avions elle dira tout d'abord « que ça ne la dérange pas », surtout les essais de moteurs qui signifient pour elle que son mari fait son travail... Elle ne connaît pas la différence des bruits entre les différents avions, chose qu'elle a délégué à son mari.

   
 

B) Ne sont que peu gênés par le bruit, mais sont vigilants quant au trafic aérien :
Bull02/04 : Il trouve son quartier tranquille, malgré quelques tondeuses, ainsi que quelques avions. « Mais où n'y a-t-il pas de gêne », demande t-il. « Moi c'est depuis que je suis ici que je peux dormir les fenêtres ouvertes la nuit ». « Il faudrait être difficile pour ne pas être satisfait de ce quartier ». « Ça c'est dégradé, mais qu'est ce qui ne s'est pas dégradé ? ». S'il n'y avait pas d'avions, ce serait mieux, mais il les supporte. Il signale quand même que le dimanche, l'aéroclub de Toussus-le-Noble est très bruyant, ces petits avions monomoteurs sont parfois plus bruyants que certains gros porteurs, et plus longtemps.
Iv01 : Le bruit, il le supporte difficilement mais ce n'est pas tellement celui des avions que le bruit des chiens des voisins. Pourtant les avions, dit-il, sont surtout gênants aux décollages par vent d'Est, quand il fait beau : c'est quand ils sortent dans le jardin ! La plupart du temps les vents sont de l'Ouest et les avions ne les survolent qu'à l'atterrissage, ils sont moins bruyants. il connaît le Plan de gêne sonore, les aides à l'habitat... et il estime que « si on avait tout ce qui est promis, ça serait intéressant ! » La vraie solution, selon lui, c'est la réduction du bruit à la source car l'isolation ne règle pas le problème des jardins.
Montm01 : L'important pour eux, avant tout, c'est la propreté. Le bruit n'est pas mentionné comment problème d'environnement, « ici, c'est calme, le bâtiment B est calme... » Le thème du bruit apparaît à propos du travail : son travail dans des cantines scolaires est bruyant. Concernant le bruit des avions elle dira « par moments c'est un problème ». À la belle saison, avec les départs en vacances, elle les entend à partir de 5 heures du matin.
San02 : Il participe à l'association de quartier qui regroupe 8000 habitants ; ils ont obtenu une barrière pour se couper du centre de Sannois, et depuis ils se sentent tout à fait au calme. Les bruits, pour lui, c'est « le bruit des avions à certaines périodes. » Depuis quinze ans qu'il vit là, il n'a pas noté de différences dans le bruit ; il perçoit celles entre Sannois et Paris. Concernant le bruit des avions, ils ne dérangent que par vent d'Est, mais il redoute l'extension des pistes de Roissy et une modification des trajectoires d'envol.

   
 

C) Sont gênés par le bruit, mais moins que par d'autres soucis ou nuisances
Bull01 : L'interviewé est un homme de 58 ans, au chômage depuis quatre ans, et bientôt au RMI ainsi que sa femme, qui était déjà au chômage avant lui. Leurs revenus actuels ne sont plus que de l'ordre de 4000 francs par mois. je devrai le relancer par deux fois, alors même que des avions nous avaient survolé, pour qu'il mentionne les survols à l'atterrissage par vent d'Est comme étant une gêne certains jours ; mais immédiatement il atténue ce qu'il vient de dire en déclarant que la situation locale n'est pas comparable à celle, infernale, des habitants proches d'Orly
Bull03 : lis habitaient autrefois le grand ensemble de Massy qu'ils ont quitté pour le cadre campagnard de Bullion. Elle finit presque par regretter les HLM où « il y avait toutes les commodités ! ». Ils rêvent de changer leur pavillon contre une maison de ville dans le vieux village de Bullion même, « malgré la route ». Ce qui, d'après elle, pose le plus de problèmes dans son quartier ce sont les chats. Il y a beaucoup trop de chats, « on les retrouve dedans en rentrant ». Les avions produisent un grondement quasi permanent, mais pas gênant. Le vrai problème c'est l'obsession du voisin mitoyen (l'interviewé Bullion01), « qui ne supporte pas les chiens, d'ailleurs il ne supporte rien ». Les mobylettes la dérangent davantage que les avions.
Gon01 : Sa première préoccupation est la tranquillité et la propreté : son HLM est en effet très dégradé, au point qu'elle apprécie d'habiter le 4ème étage « qui est assez tranquille », par rapport à l'insécurité du rez de chaussée. En deuxième lieu elle se plaint des avions, qui la gênent pendant la journée. Le problème de son quartier, selon elle, est donc la gêne des avions le jour et celle des bandes de jeunes certaines nuits. A part cela elle apprécie de vivre dans la verdure, « je m'y plais beaucoup, on a de la chlorophylle, ici, on n'est pas trop dans le béton ».
Gon02 : L'important pour elle c'est d'abord la sécurité, car elle a été récemment victime d'un cambriolage. Également le bruit, mais il est beaucoup moins " important que la sécurité. Elle a vécu dans sa Guinée natale jusque à l'âge de vingt deux ans, puis elle est partie à cause du régime politique de Sekou Touré. Le bruit des avions lui paraît relativement supportable à Gonesse, si elle le compare à celui que supporte sa cousine à Goussainville. Les avions sont difficiles à supporter le soir et la nuit, surtout en été. Les atterrissages sont plus pénibles que les décollages, « c'est quand il descend qu'on l'entend vraiment beaucoup ».
lv03 : lis habitent une maison de ville riveraine de la départementale 115 qui traverse Iverny. Le problème principal chez eux ce sont les camions de betterave entre le mois d'octobre et de décembre ; ensuite les avions. Mais ils se plaignent encore davantage du bruit des voisins « qui n'ont aucun respect des normes de la communauté », car Roissy disent-ils, « on s'y habitue ». Avec le bruit de la route ils ne sont dérangés par les avions qu'au dehors de la maison, et surtout le week-end car ils travaillent ailleurs en semaine.
SM02 : Ils habitent l'endroit depuis 6 ans, mais n'étaient pas du tout de la région : ils viennent de Tours, le mari a accepté une mutation sur Paris et ils ont voulu éviter la ville et la banlieue en s'établissant à St Mard. Ce qui fait problème dans leur existence c'est qu'ils sont déçus du choix qu'ils ont fait de la campagne : ils trouvent finalement qu'il y a autant de problèmes que dans la grande ville. « Les avions, au moins, on s'y attendait ». Le bruit les dérange beaucoup, ils ont l'impression que les gens, décidément, aiment faire du bruit. Les avions également semblent, ces derniers temps, avoir décidé de survoler précisément leur pavillon.

   
 

D) Sont très gênés par le bruit, mais le surmontent tant bien que mal
VSG01/02 : Ils ont souffert du bruit des avions presque toute une vie, mais viennent d'obtenir des fenêtres isolantes de l'ADEME, en février 1998. Ils déclarent que cette isolation est efficace à 80%, et même qu'« il y a moins d'avions »... « Avant, quand on était dehors on ne s'entendait pas parler... quand les enfants étaient jeunes, on ne pouvait pas manger dehors ». Actuellement, il est devenu possible de suivre une conversation dans la rue, les moteurs ont changé. lis ne pensent pas au type d'avion, sa destination, ses voyageurs ou sa cargaison : « les avions ne font pas penser ». Ils estiment en conclusion que la solution au bruit des avions est l'isolation acoustique des logements, comme chez eux.,
VSG04 : Elle habite un immeuble moderne d'une dizaine d'étages exposé autant au bruit des avions qu'à celui des trains. Elle y habite depuis 1965, « à l'époque les avions passaient plus loin ». La modification des axes des pistes les amena au dessus de leur immeuble en 1974. Elle apprécie depuis peu l'angle accru au décollage pour diminuer le bruit... Villeneuve Saint-Georges est devenu une commune pauvre avec une population à problèmes, et des impôts très élevés compte tenu de l'environnement très médiocre. Entre neuf et dix heures, on ne peut pas écouter la télévision, elle se réfugie de l'autre côté de son appartement. Pourtant ce n'est plus le bruit des Caravelle, les moteurs ont fait beaucoup de progrès, et surtout « les procédures » témoignent du souci de moins gêner les riverains.
Gon03/04 : Ils habitent une maison de ville au centre de Gonesse. Le bruit des avions fait problème dans leur vie actuelle. La circulation également est pénible, le bruit est cependant tolérable à cause de l'isolation des fenêtres. Il a toujours habité Gonesse avec ses frères, et n'avaient alors que le bruit des avions du Bourget : c'est avec Roissy que les choses se sont nettement aggravées. Les jeunes font exprès de faire du bruit avec les mobylettes sur la place devant la maison. Concernant les avions, elle dira que « le soir quand il fait chaud, on ne peut pas ouvrir les fenêtres, ce n'est plus possible ». Les week-ends les avions passent parfois toutes les trente secondes et au minimum toutes les trois minutes. Il ne connaissent pas du tout les différents avions. « Les avions d'aéro-club, c'est pas la même chose, c'est une passion ! »
Gouss01 : Il habite un pavillon de 5p avec un petit jardin, dont il a fait lui-même tous les travaux à partir de 1971, pavillon qu'il a racheté à un ami après l'accident du Tupolev, tombé précisément à cet endroit. Le plus important pour lui, c'est le bruit, ensuite l'air pollué par les avions, et l'eau. Ils ne partent jamais en vacances, ni en week-end ; ils n'ont aucun endroit où fuir le bruit des avions : « on dit souvent qu'on s'habituer. Ce n'est pas vrai ! On ne s'habitue jamais. » Il trouve que le bruit « c'est pareil depuis vingt ans ». Le Concorde : « Ne m'en parlez pas ! C'est la belle bête mais alors... C'est strident mais bref. Ça bouge le cœur »... La seule solution, c'est qu'il n'y ait plus aucun avion. Les avions à hélices sont presque aussi bruyants que ceux à réaction.
Iv02 : Ce qui fait problème pour elle que ce sont les avions, surtout depuis l'accord sur'la nouvelle piste. Le bruit des avions s'est accentué, surtout la nuit. Concernant le bruit, elle dit que maintenant il y a beaucoup plus de moteurs qu'autrefois, et davantage de bruit la nuit. Un bruit de tracteur tôt le matin, ou la bétonnière d'un bricoleur du dimanche gâchent le plaisir de la campagne, elle préfère encore les avions ! Les avions ne sont gênants, en fait, que quand le vent est porteur : « il y a des jours où on ne les entend pas ». Mais les jours de décollage on les entend très fort ; « le dimanche on les entend même en continu, c'est ce qui dérange le plus ». Le soir, parfois jusqu'à minuit, elle entend des avions ; les étés davantage qu'à la mauvaise saison.
SM01 : Le bruit des avions constitue le seul aspect négatif du quartier : la pureté de l'eau est satisfaisante. L'air, pour sa part, est meilleur qu'à Paris. Mais l'environnement devient très vite stressant quand il fait beau, et qu'il passe 5 avions en 15 minutes. Le bruit du vent ou de la tempête la dérange : le bruit en général a pour elle une très grande importance. Elle trouve qu'il y a maintenant beaucoup plus de bruit qu'autrefois : bruits de transports, mais également les médias, la télé, la radio. Les avions sont très gênants le soir à partir de 19h30 ou 20h00, mais elles ne les entend pas pendant la nuit. Elle ne perçoit pas de différences entre les atterrissages et les décollages, son ami par contre les perçoit. A l'école où elle travaille on a du interrompre un match de football avec des élèves à cause du passage du Concorde, qu'elle trouve très beau mais extrêmement bruyant. Les avions à hélice dérangent moins à son domicile mais à d'autres endroits il sont terribles, de même que les avions militaires quand il y en a.
Montm03 : Rien ne fait problème dans son existence actuellement. Mais, concernant l'environnement, il déclare que les avions posent problème. Le problème du bruit se pose pour lui surtout dans son travail à l'école, « on est obligé de vivre avec ». Mais c'est le bruit des avions qui constitue le « gros point noir ». Les avions commencent tôt le matin vers 5 ou 6 heures. Il pense que le bruit des avions à une influence sur la santé, notamment « les états dépressifs à Goussainville » et sur les écoliers de son établissement à Gonesse, où « les conditions sont terribles » ; cette école est obligée de fermer lors de la tenue des salons du Bourget.
San01 : Ce qui fait problème pour elle c'est d'abord le bruit, ensuite l'eau trop calcaire. Ils ont été les premiers habitants de cet immeuble moderne du centre ville, dans lequel ils se sont repliés pour être plus en sécurité, après plusieurs cambriolages de leur pavillon. Le bruit est très important par rapport aux autres problèmes, car il y en a de plus en plus : la circulation et les avions en premier lieu, mais également les jeunes qui rôdent en bandes la nuit au centre ville, « et font des fêtes impossibles ». La vallée de Montmorency résonne, répercute les bruits des avions.
LMAub01 : Ce qui est important pour elle c'est une bonne vie à la campagne. Mais il y a les avions de Roissy, à 5 kilomètres à vol d'oiseau. Elle ne voit aucun autre problème dans son existence, sauf des allergies. Les problèmes d'environnement sont dans l'ordre : le bruit, l'air, et l'eau qui est très calcaire. Le kérosène se dépose sur les vitres. La nuit à la campagne ils ne sont gênés que par les camions de betteraves. Le bruit est une préoccupation importante, elle trouve qu'il y a de plus en plus d'avions, de circulation, etc. Le meuglement des vaches lui manque. Le bruit des avions est le plus pénible en rentrant de vacances, à cause du calme dans les Vosges. Il passe un avion toutes les quarante secondes le soir entre 18h30 et 21h30. Selon le vent ils passent très bas au-dessus de chez elle au décollage, elle n'entend jamais d'atterrissage. Parfois, ils sortent voir passer le Concorde « parce qu'il est très beau ! »

   
 

E) Sont révoltés par le bruit, et ne le supportent qu'en militant contre les avions :
VSG03 : Il habite un pavillon dont le jardin fait 250M2, directement sous la trajectoire des avions. Il me reçoit la porte ouverte pour que le magnétophone enregistre bien chacun des avions qui vont passer. Le bruit est insupportable au dehors de cette maison isolée, et réduit à néant les avantages de la vie pavillonnaire, le jardin n'étant plus un espace d'agrément. Le kérosène empoisonne les légumes, les salades. « On ne s'est jamais trop penché sur le sujet je crois, parce qu'on ne veut pas affoler certainement les populations, mais je pense que si un jour on faisait une étude très sérieuse, on serait peut-être très surpris ». Le bruit des avions finit par susciter localement une mutation sociale, de plus en plus de gens quittent la région, et ils tendent à être remplacés « par des populations à problèmes ». L'immobilier perd de sa valeur, un très grand nombre de pavillons sont en vente, mais la réputation de Villeneuve Saint-Georges (avions, bouchons, bruit, pollution) provoque une chute de l'ordre de 20%. Le souvenir marquant de son enfance est le bombardement aérien d'avril 1944, dans lequel il perdit un certain nombre de copains d'école : déjà un traumatisme lié aux avions !
Gouss02 : L'ambiance est sécuritaire dans ce pavillon gardé par un chien très efficace. L'interviewée pratique le judo, et déclare que sa préoccupation n'l est la sécurité ; en second lieu seulement elle se plaint des avions. L'air sent le kérosène, il y a un dépôt de gras sur l'eau ; sa famille boit de l'eau en bouteille. Concernant l'environnement, elle estime que le problème le plus grave c'est le bruit des avions « parce que l'insécurité c'est partout ! ». Ils n'ont acheté qu'en 1984. « En 1984 il y avait beaucoup moins de bruit que maintenant, c'est devenu dramatique ! », et c'était plus facile de supporter le bruit « quand on était jeunes, on avait vingt ans ». Le bruit des chiens, le leur et ceux des voisins, est un bruit relativement positif puisqu'il signifie que le quartier est bien surveillé malgré le bruit des avions qui peut fournir un écran acoustique à celui des agressions et de l'insécurité. « Le plus dur à supporter c'est le retour des vacances, il faut se réhabituer, quoi. De ce point de vue là, je préfère encore le Concorde. »
SM03 : Ce qui est important pour eux, c'est de vivre là où les enfants se sentent le mieux. Les principaux problèmes sont le bruit des avions, la pollution de l'air (la table de jardin est noire à cause du kérosène), ainsi que l'eau qui est très calcaire. Le problème se pose avec plus d'acuité à la belle saison, par rapport à l'utilisation du jardin : « C'est en plein été qu'on est vraiment gênés ! On en prend plein les oreilles ! » Pendant ses deux mois de vacances en tant qu’enseignante, elle est forcée d'établir son emploi du temps par rapport aux avions en profitant dé leurs heures creuses. Les avions les dérangent le plus à leur retour du travail, dans le jardin, de 11h30 à 14 heures, et de 18 heures à 21 heures. Les décollages « on les entend depuis la salle à manger ». Ils sortent parfois pour regarder certains avions, surtout le Concorde, qui « parfois passe à 21 heures ! On le regarde toujours, il est le plus bruyant ». Une solution sont les procédures d'envol, « l'A320, il décolle avec un angle beaucoup plus raide, on les entend beaucoup moins. »
Montrn02 : Il a choisi de vivre sur les hauteurs de Montmorency, au bord de la forêt, retiré du centre : « c'est relativement agréable », mais son vrai terroir est dans sa Corrèze natale. Auparavant il habitait à Soisy, qu'il a quitté à cause du projet BIP (autoroute urbaine). Le problème pour lui c'est le manque de temps, il a plusieurs activités, dont sa militance pour les Verts. A Montmorency, le bruit est un problème important sur le haut de la colline où se situe son immeuble : il reçoit le bruit des avions de plein fouet, et se demande s'ils respectent bien les hauteurs de survol réglementaire. Il pense que les avions ont une influence sur la santé. Le Concorde passe tous les jours à 11 hl 5, « Il est très bruyant, mais il est beau, est c'est une réalisation, un patrimoine ». Il ne voit comme solution que de déménager les aéroports, mais refuse l'idée d'un grand aéroport pour les futurs supersoniques en Corrèze.
LMAm02 : L'important pour lui est de mieux respirer, dit-il : il y a trop de pollution, trop de déforestation, en Amazonie il y a eu des milliards d'hectares de forêt coupée. Il ne fait pas confiance à l'eau du robinet, il boit de l'eau en bouteille. Il est asthmatique, il est soigné par désensibilisation ; il attribue son asthme aux gaz des avions, aux fortes chaleurs, aux pics de pollution. Les problèmes d'environnement sont extrêmement importants pour lui, la pureté de l'air en premier lieu, en second l'état des routes pour les rendre plus fluides, en dernier la crainte des chutes d'avions. Il est né ici même, ses parents habitaient cinq cents mètres plus loin ; c'est la vie de village. Le bruit des avions provoque des fissures dans la maison, des vibrations du sol, « et ils construisent deux nouvelles pistes ». Il faudrait mettre en place le « contre‑bruit » au décollage, dont il a lu la description dans un article de la revue de PADP distribuée gratuitement dans la région. Il met parfois la musique à fond, chez lui ou dans sa voiture, « ça fait écran ». Il ne sort jamais de chez lui pour voir passer un avion, « ça fait vingt ans que je les vois ! Sauf le Concorde, mais celui‑là passe vite ! » Une solution, d'après lui, serait de reverser correctement les fonds collectés contre le bruit, et réservés aux accédants d'avant 1978.
LMAub02 : Il est surveillant de travaux à la DDE, sa femme est chef de service d'une société d'intérim. L'important pour lui c'est le bruit de l'aéroport, la décharge de PAREPP, l'autoroute, la RN16. Également l'apparition de l'insécurité dans les petites communes. Il est président de l'association du lotissement de douze lots. C'est le vent d'Est qui apporte le bruit, le vent d'Ouest le diminue. Le temps cotonneux et le brouillard diminuent également le bruit. Les différences sont très nettes entre décollages et atterrissages. « Aux décollages, parfois, leurs ailes sont remontées tellement ils sont chargés ». Non seulement il les voit de chez lui, mais il pense même que les pilotes utilisent son pavillon à lui comme balise pour tenir leur cap lorsqu'ils décollent : ils passent tous au‑dessus de chez lui ! Le bruit des avions à changé pour certains modèles, il reconnait les Airbus. Il est certain que le bruit des avions influe sur la santé. Il connaît le système Sonate, etc.

   
 

F) Les sinistrés par le bruit, qui sont partis vivre ailleurs :
C'est le cas de Villeneuve Saint‑Georges et des collectifs émergents à Gonesse qui nous a fait inclure, pour mémoire, cette dernière catégorie, dont par définition nous n'avons pu interroger aucun représentant. Nous décrivons au § 2.3 son auto‑exclusion de l'enquête par une sous‑population qui parait, au téléphone, bien être la plus « nuisancée ». Certaines personnes de la catégorie précédente sont par moments à la limite de celle‑ci, par exemple Mme. Gouss02 : « Quand je raconte aux gens que j'habite près de l'aéroport de Roissy, que j'ai le TGV qui passe, et la Francilienne en plus, il me disent que je suis folle d'habiter là ! » Le couple s'est donné deux ans pour observer l'évolution du trafic aérien et partir éventuellement dans l’Oise, malgré l'éloignement de son lieu de travail et les frais de transport que cela entraînerait. Ils envoient les enfants le plus souvent possible chez leur grand‑mère à Perpignan « et on doit les mettre sur l'avion à Orly, c'est un comble ! »

   
 

1.6 Propositions concernant le questionnaire pour un sondage
La commande prévoyait que nous formulions cinq questions résumant les préoccupations des riverains des aéroports, pour le sondage ultérieur. Or, le projet de questionnaire que nous avons reçu début juillet 1998 était beaucoup plus fourni en questions que le nôtre, la différence essentielle concernant la démarche suivie pour l'analyse des données et non pour leur recueil...
Nous avons donc tiré de notre travail des propositions méthodologiques pour ce grand sondage en préparation, que nous avons communiqué à l’INRETS au début du mois de juillet 1998, à la demande de M. Michel Vallet. Ces propositions étaient contenues dans une note (qui figure en Annexe, §5.3), et dont nous résumons ici l'essentiel. Mis à part quelques critiques de détail, l'ensemble de nos remarques allaient dans le sens d'une plus grande contextualisation du sondage, dont elles accroissent fortement le nombre de variables d'analyse des réponses aux questions, plutôt qu'en proposant d'autres questions : le nombre de questions était déjà considérable, et nous avons d'ailleurs indiqué dans notre note qu'il était, au contraire, sans doute possible d'en réduire le nombre...

   
 

Ces variables d'analyse sont d'abord des variables « factuelles » manquantes dans le projet de questionnaire. Ainsi, l'univers du travail n'y était pas exploré, et nous proposions du moins de demander aux gens si leur travail était lui‑même bruyant ou non. Ils le jugent tel eux‑mêmes, et s'il est réputé bruyant). Les mères de famille ‑nombreuse avec enfants en bas âge pouvant être considérées avoir un « travail bruyant ». De même, concernant l'emploi, il semble important de connaître l'emploi du conjoint, celui des parents, et l'adéquation de ces emplois à leur formation à l'origine (distance entre métiers et emplois, et insatisfaction sociale éventuelle). Concernant le type d'habitat, il est important de distinguer entre les pavillons modestes et cossus (taille du jardin, notamment) : le type de bruyance locale se surajoute au bruit des avions. Il en va de même pour les immeubles collectifs, HLM, ILN ou « de standing » (il y en a à Sannois !). Nous avons également proposé de recueillir le niveau de revenus mensuel global du ménage (toutes allocations comprises), absent du questionnaire, et qui réserve souvent des surprises par rapport à l'item « emploi ».
Mais à part ces variables factuelles, nous avons ensuite proposé, sur le fond, de reprendre notre idée du « BEP » afin d'augmenter la contextualisation de l'ensemble de la démarche :

   
 

« Si l'environnement sonore des riverains d'aéroports est finement exploré par l'outil proposé, nous regrettons (sur la base de notre propre pré-enquête) que l'approche ici proposée par M. Michel Vallet n'aborde pas un certain nombre de dimensions de l'existence humaine qui ont, à notre sens, prouvé de longue date combien elles interviennent dans la construction subjective de la gêne (ou nuisance, ou dérangement). Il s'agit des facteurs dont la combinaison résulte dans l'insatisfaction des individus dans tout autre domaine que l'environnement, insatisfaction qui multiplie la gêne due à l'environnement par un coefficient personnel inconnu. Nous avons simplifié le BEP en lui ôtant sa dimension interprétative (issue de la clinique), remaniement qui en principe le rend compatible avec des passations par questionnaire. Rebaptisé « IQV » (indicateur de qualité de vie), cet indicateur plus simple aborde huit dimensions (au lieu des douze du BEP) : la sphère de l'individu, de la famille, de la société et du rapport à l'environnement sont chacune « sondées » par un autobilan sur deux items :

   
 

champ existentiel

instance

POS

MOY

NEG

a- la bonne ou mauvaise situation psychologique et somatique

Individu

 

 

 

b- la réalisation dans le logement actuel

Individu

 

 

 

c- la satisfaction ou l'insatisfaction quant à l'évolution des enfants

Famille

 

 

 

d- l'ambiance familiale étendue (collatéraux, ascendants, belle-famille)

Famille

 

 

 

e- le degré de réalisation dans la trajectoire sociale personnelle et le travail

Société

 

 

 

f- l'attitude envers le changement social en général

Société

 

 

 

g- le degré de réalisation dans la vie de loisir, la nature

Environn

 

 

 

h- l'intégration à la vie du voisinage ou à l'image du quartier

Environn

 

 

 

TOTAL (max. 8)

 

 

 

 

   
 

La notation de l’IQV se ferait donc sur trois catégories (positif, moyen, négatif, ce qui permet, tout d'abord, une simple notation additive : un individu pourrait donc avoir un indice tel que, par exemple, P2/M4/N2 ; et un autre plus défavorisé PO/M2/N6, etc. Les profils peuvent, ensuite, être affinés sur les huit dimensions qui composent l'indice, on obtiendrait alors des indices tels que « Pcdgh/Mabe/Nf » : ce sera au calcul statistique de déterminer l'échelon de finesse pertinent.

   
 

On voit l'intérêt de la ventilation des réponses sur de tels profils : sur un échantillon nombreux de l'ordre de mille individus, cela rend pensable la recherche de corrélations entre des facteurs d'environnement et des typologies issues de l'IQV. Par exemple, il peut s'avérer que quelques types de situations sonores gênent davantage les gens qui ont tel profil, mais moins ceux ressortissant à tel autre, etc.
Comment procéder en pratique pour intégrer une telle démarche au projet de questionnaire en cours ? Cela semble, possible d'une part, du fait que le questionnement se fait de manière « interprétative », l'enquêteur analyse les données ; d'autre part, un bilan est déjà prévu en fin de questionnaire, page 12, par l'induction « Nous allons terminer cet entretien par deux notes globales résumant votre sentiment », portant sur « quelle note attribueriez-vous à votre cadre de vie ? », et de même pour « le bruit des avions ? ».
Rien de plus simple dès lors que de faire précéder cette fin d'entretien par un « module » dédié à l'IQV, tel que par exemple :

« Nous avons beaucoup parlé de I'environnement sonore, du bruit des avions... Mais pour pouvoir vraiment utiliser les opinions que vous nous avez donne, nous avons besoin de savoir un peu mieux qui vous êtes, quelle vie vous menez... Est-ce que, dans votre vie actuelle, quelque chose fait problème, ou est-ce que tout va bien, ou moyennement, sur chacun des points suivants... » 
(module suivi de la grille pour le recueil des éléments entrant dans l'établissement de l'IQV).

   
 

1.7 Conclusions générales

La gène des riverains des aéroports est bien réellement acoustique et intrusive pour les uns, davantage sémantique et psychologique pour d'autres, mais elle existe chez tous. Malgré le fait que les personnes les plus atteintes par ces nuisances n'ont pas voulu participer à l'enquête (à laquelle ont surtout participé des personnes présentant un « indicateur de bien être potentiel » positif ou moyen), les nuisances aéronautiques sont perçues chez 17 interviewés sur 30 comme étant leur « problème n°1 ». Perçue ou non, parlée ou non, cette gêne a certainement des effets réels, physiques, psychiques et sociaux.
Ces riverains se laissent classer selon une typologie en 6 groupes selon leur attitude psychosociologique :

  • le groupe A : n’est pas gêné du tout par le bruit des avions, car il fait partie de l'aviation ;
  • le groupe B : n’est que peu gêné par le bruit, mais on y est vigilant quant au trafic aérien ;
  • le groupe C : est gêné par le bruit, mais moins que par d'autres soucis ou nuisances ;
  • le groupe D : est très gêné par le bruit, mais le surmonte tant bien que mal ;
  • le groupe E : est révolté par le bruit, et ne le supporte qu'en militant contre les avions ;
  • le groupe F : les sinistrés par le bruit, qui sont partis vivre ailleurs.

(Il n'y a eu, évidemment, aucun représentant du groupe des « sinistrés » parmi les interviewés).

Pour le questionnaire du futur sondage, nous avons proposé de renforcer le nombre de variables d'analyse afin de contextualiser davantage les données obtenues par les nombreuses questions déjà prévues, et surtout de le compléter par une version allégée de notre indicateur de « bien être potentiel »,  l'IQV (indicateur de qualité de vie), ne nécessitant pas de diagnostics à tendance clinique. L'utilisation d'un tel indicateur - nous espérons l'avoir ici démontré à nouveau malgré le très faible nombre de personnes auquel il a été appliqué, et ses resultats moins spectaculaires en milieu de très forte gêne acoustique- s'avère toujours à même de fournir des corrélations entre l'expression de la gêne liée aux nuisances aéronautiques et le degré de satisfaction ou d'insatisfaction des personnes dans 8 dimensions élémentaires de leur existence.

   
 

2 ‑ Objectifs, méthode, déroulement, hypothèses

   
 

2.1 Les objectifs de cette enquête et les dix sites retenus

Rappel de la commande :
« Les évolutions récentes du transport aérien ont mis en évidence une sensibilité accrue des riverains d'aéroports aux problèmes d'environnement et plus particulièrement de nuisances sonores.
Dans le cadre des mesures d'accompagnement à l'aménagement de l'aéroport de Roissy annoncées par le Ministre de l'équipement, des transports et du logement, le Service des Bases Aériennes a entrepris une étude sur la perception du bruit par les riverains de l'aéroport et son évolution au fur et à mesure du développement de la plate‑forme.
Pour cela, il est nécessaire de préciser les comportements des riverains de l'aéroport vis à vis du bruit et de mieux appréhender les aspects subjectifs de la gêne due au bruit des avions.
L'objet de cette commande est de décrire les attitudes psychosociologiques des riverains d'Orly et de Roissy soumis à différents niveaux de bruit d'origine aéronautique, de les analyser et d'en déduire une typologie. Pour cela, des entretiens explorant les divers champs psychosociologiques nécessaires au diagnostic de gêne seront menés auprès d'un échantillon de trente personnes réparties sur dix sites autour des aéroports d'Orly et de Roissy. L'analyse des résultats de ces entretiens tiendra compte des différents types d'habitat (individuel, collectif... ), de la catégorie socioprofessionnelle des habitants ainsi que de l'exposition au bruit et devra permettre de déduire cinq questions permettant de résumer les préoccupations des riverains vis à vis du bruit des avions. »

   
 

Dix sites ont été retenus par la DGAC pour cette étude, dont deux près d'Orly et huit près de Roissy-CdG :

  • Bullion (à 30 km à l'Ouest de l'aérogare d'Orly) ;
  • Villeneuve St Georges (à 7 km à l'Est de l'aérogare d'Orly) ; Gonesse (à 6 km à L'Ouest de Roissy‑en‑France) ;
  • Goussainville (à 4 km au Nord‑ouest de Roissy‑en‑France) ; Le Mesnil Amelot (à 5 km de Roissy‑en‑France à l'Est) ;
  • Le Mesnil Aubry (à 10 km au Nord‑ouest de Roissy‑en‑France) 0 Montmorency (à 16 km à L'Ouest de Roissy‑en‑France) ;
  • Sannois (à 20 km à L'Ouest de Roissy‑en‑France) ;
  • St Mard (à 13 km à l'Est de Roissy‑en‑France) Yverny (à 19 km à l'Est de Roissy‑en‑France).
   
 

Il paraît remarquable que les distances aux aéroports ne semblent pas bien refléter la situation sonore rencontrée sur place, ce pour plusieurs raisons : les trajectoires d'envol et d'approche des plans de vol, la distance aux extrémités des pistes ou à leur axe, le relief exposé ou non... Les différents documents mis à notre disposition concernant les niveaux de bruit mesurés autour des deux aéroports (mesures obtenues par le système Sonate) se révèlent difficiles à utiliser concrètement : d'une part, ils ne concernent que très partiellement les mêmes sites, d'autre part, même à proximité d'une station Sonate les situations sonores peuvent fortement varier selon le type d'habitat. Nous avons ainsi vu des situations individuelles relativement bruyantes dans des sites assez calmes loin d'un aéroport, lorsque l'interviewé habite un appartement à un étage élevé d'un immeuble qui reçoit le bruit directement à vol d'oiseau (cas de Mme 01 à Sannois, ou de M. 03 à Montmorency), et inversement nous avons vu des personnes plus proches des sources de bruit en être relativement protégées par le fait que leur maison dans un village se fondait dans la masse du bâti, qui ne le répercutait qu'indirectement (cas de Mme 02, à Gonesse). Il aurait fallu dans l'idéal, pour une recherche de corrélations proprement dite, disposer des mesures de bruit chez chacun de nos trente interviewés, et cela pour la période où nous les avons visités. Encore faudrait-il distinguer entre le bruit intérieur et extérieur aux logements, la qualité d'atténuation acoustique du bâti variant elle‑même fortement.
Nous avons noté, cependant, l'impression subjective que chaque endroit visité nous a laissé sur le moment. Ces notes se laissent classer, selon l'intensité des bruits d'avions que nous avons pu y entendre, en trois catégories :

   
 
  • Sites à fort bruit d'avions : Villeneuve St Georges, Goussainville, Le Mesnil Amelot ;
  • Sites à moyen bruit d'avions ‑ Gonesse, Le Mesnil Aubry, Montmorency ;
  • Sites à faible bruit d'avions : Yverny, Bullion, Sannois, St Mard.
   
 

Par la comparaison avec le vécu subjectif des sites par les interviewés au §1.1, on voit que ce classement du bruit perçu subjectivement par un visiteur, même motivé, diffère notablement de celui de gens qui vivent là toute l’année, tel qu'ils le manifestent dans leurs attitudes.

   
 

2.2 Méthode utilisée pour la collecte des données
Depuis notre recherche de 1975 sur la signification attribuée aux bruits dans l'habiter', nous restons attaché à une explication du vécu subjectif de la gêne sonore par l'incidence parfois déterminante de nombreux facteurs psychosociologiques, en plus des facteurs acoustiques de l'intensité (dB(A) et des paramètres qualitatifs des sons. Les principes généraux qui en découlent au plan des méthodes peuvent se résumer ainsi :

 

 

1 - Manuel Periáñez, 1975, Les significations de la gêne attribuée aux bruits dans l'habiter, (avec Florence Desbons), CEP.

 

•  L'étude de la subjectivité face au monde sonore en général constitue un des domaines de pleine compétence des sciences humaines : essentiellement la psychologie, la psychosociologie, la psychanalyse, la psychiatrie et l'ethnologie. Les sciences sociales (sociologie, économie, démographie), ainsi que l'éthologie et la linguistique n'y ont qu'assez secondairement accès.
•  Le recueil d'opinions ou d'autres éléments d'appréciation subjective au sujet du bruit, ou à J'écoute de bruits, ne constitue pas en soi une étude de la subjectivité, mais seulement une observation de ses effets. Or, des effets d'apparence semblable peuvent avoir des causes multiples, et différentes d'un sujet à l'autre. D'où des limites sérieuses à la méthode classique des sondages, et la nécessité d'acquérir de nombreux éléments d'information sur le contexte dans lequel sont produits ces effets de subjectivité : état d'esprit du sujet, situation socioprofessionnelle el familiale, expériences vécues, etc. Brel, il faudrait, dans l'idéal, savoir aussi exactement que possible qui, vivant quoi et ayant vécu quoi, avance telle ou telle opinion sur un bruit. D'où le recours à des méthodes qualitatives quasiment cliniques, et l'abandon des sondages classiques.
•  La notion « d'individu moyen », sur laquelle se basent habituellement les recherches comportementalistes sur la gêne, perd avec ces considérations qualitatives beaucoup de son sens. Le domaine des significations subjectives liée au perçu sonore est ici central, aussi bien pour les faibles que pour les fortes intensités, et aussi bien pour le bruit réel externe que pour le « paysage sonore interne » des élaborations mentales de l'individu. Ces significations, actives dans les représentations des individus, font intervenir des dimensions hétérogènes : sociales, idéologiques au niveau de la société globale ; plus relationnelles au niveau du groupe de voisinage ; très subjectives, enfin, au niveau individuel où se reflètent des dynamiques de conflits souvent inconscients.
•  Nous formulerons plus loin les hypothèses a priori concernant l'incidence des significations sur la gêne que nous pouvons tirer de ces précédents travaux (cf. §2.4).

   
 

L'outil pour le recueil des données est un questionnaire d'entretien semi‑directif centré sur le bruit des avions. Mais il est complété, comme dans toutes nos recherches depuis 1978, par un volet à tendance « clinique », qui nous est apparu indispensable pour évaluer les données du thème central, visant à recueillir des éléments concernant la vie et la personnalité des interviewés, par l'exploration succincte du degré d'importance de douze grands champs régissant pour l'essentiel leur existence. Il nous est, en effet, toujours apparu crucial de pouvoir situer avec précision les personnes qui expriment les opinions avec lesquelles, pour l'essentiel, nous travaillons. Ces douze champs se divisent en quatre rubriques : l'individu, la famille, la société et l'environnement, et les données obtenues sont integrées dans un indicateur dit de « bien être potentiel », ou BEP, décrit en Annexe au §5.4.
Compte tenu des délais et du budget de cette étude, nous nous sommes cantonné à la dimension consciente du problème et nous n'avons pas utilisé d'induction par des exemples sonores. Une induction par techniques projectives était cependant assez simple à mettre en œuvre, et nous avons repris dans la première version de l'outil d'enquête un test de phrases à compléter (décrit en Annexe, §5.2). Ce test a été abandonné après les premiers tests à cause de sa longueur, et de son inutilité dans les limites de cette étude, qui n'aborde pas la dimension psychanalytique du degré de gêne préconscient/inconscient.
La version finalisée de l'outil d'enquête (cf. Annexe, §5.2) comprenait les modules suivants :

   
 
Une première question, totalement non‑directive : « Qu'est‑ce qui est important pour vous ? » Cette question permet d'établir la relation sur un mode assez personnel, proche du médical, tout en préparant l'exploration de l'univers des représentations de la personne interviewée selon ses préoccupations dominantes. Les champs explorés ensuite concernent :
   
 

1. la relation à l'environnement
2. le logement ;
3. le relationnel, où la question « vous entendez‑vous entre voisins ? » permet un premier passage au thème du bruit (si elle est comprise sur le plan acoustique, et non relationnel)
4. le famille, le couple ;
5. l'enfance
6. la vie quotidienne et les loisirs
7. le travail ;
8. le bruit en général
9. le bruit à l'extérieur
10. le bruit des avions.
11. La vie de l'interviewé (recueils des éléments pour l'indicateur de « bien‑être potentiel »).

   
 

Dans la stratégie de passation de l'entretien, le thème du bruit ne devait pas être annoncé d'emblée cette annonce provoque des biais importants, comme nous l'avons constaté régulièrement depuis 1975. La stratégie de passation choisie ici est dite « focalisée », par des questions libres d'abord, dans lesquelles le thème du bruit sera abordé spontanément, hors toute induction, s'il est prégnant dans la vie de la personne interrogée. Vers la fin de l'entretien, si le thème du bruit n'est pas apparu spontanément, il est abordé de façon directive par des questions précises.
Pour cette raison, l'étude était présentée comme portant sur la santé, le lien entre insécurité et anxiété, ou l'environnement en général. Cette approche permettait ensuite d'explorer les représentations de la population concernant le lien entre le bruit des avions et le thème de la santé.

   
 

2.3 Déroulement de cette étude et limitation imposée par « le terrain »
La difficulté de la prise de RV au téléphone dans certaines zones a déjà donné des résultats intéressants. En effet, si les entretiens que nous avons pu faire se sont toujours déroulés dans une bonne ambiance, parfois même excellente, ceci ne doit pas cacher le danger d'un biais important sur l'échantillon, lié non pas aux enquêtes elles‑mêmes mais à l'auto-exclusion d'une sous‑population qui paraît, au téléphone, bien être la plus « nuisancée » à de multiples égards.
Au début de ce travail, nous nous attendions à une prise de contact facile dans les communes les plus atteintes par le bruit des avions, et plus laborieuse dans celles plus tranquilles, où le thème « santé environnement » paraît moins évident. Or, c'est plutôt l'inverse qui se produit.
Lors des coups de fil pour la prise de rendez‑vous pour les enquêtes sur le bruit des avions, nous avons noté un grand malaise, voire de la franche hostilité dans certains sites, qui ont conduit à des refus massifs de participer à l'enquête notamment dans des HLM de Goussainville et des pavillons à Villeneuve‑Saint‑Georges.
Dans ces deux endroits en particulier, un grand nombre de personnes ont perdu tout espoir depuis trop longtemps, et déclarent volontiers qu'aucune enquête n'a jamais rien changé à leur sort. Il s'agit de zones pauvres, habitées surtout par des personnes âgées. Ces personnes sont souvent excédées par le cumul des difficultés, dont le bruit des avions n'a été jadis que le point de départ. Celui‑ci a provoqué, à la longue, la dépréciation de l'immobilier, le départ de leurs amis et connaissances, et leur remplacement par des populations socialement défavorisées ou « à problèmes », souvent d'origine immigrée, elles‑mêmes bruyantes et source de sentiments d'insécurité. Nous avons eu des commentaires ouvertement racistes au téléphone, à plusieurs reprises. Il semblerait qu'il s'agisse d'une part importante des populations de certaines communes devenues selon les termes de nos interlocuteurs des « dépotoirs sociaux ».
L'enquête a donc nécessairement dû se limiter... aux personnes qui l'acceptaient, et ne pouvait pas décrire les attitudes du sous‑groupe sans doute le plus atteint par les nuisances aéronautiques, groupe dont l'étude relève sans doute des méthodes ethnographiques, comme par exemple celle des « tribus » de jeunes banlieusards anti‑sociaux, du quart‑monde urbain, etc.

   
 

Une autre dimension de cet effet socio‑urbanistique de la nuisance sonore constante depuis trente ans semble être, sur un mode analogue, l'auto-sélection par ce jeu du roulement des départs, des ventes et rachats et des relocations, d'une proportion anormale de mal‑entendants, à en juger par leur difficulté de communication au téléphone (à moins que ceci ne recoupe la remarque précédente, au sujet du grand nombre de personnes âgées dans certaines communes).
Le hasard a voulu que les premiers entretiens ont eu lieu pendant la grève d'Air France de juin 1998, et nous nous sommes inquiétés de l'incidence de cette grève, mais il s'est immédiatement avéré que les personnes interrogées nous parlaient sur la base de leur expérience de plusieurs années sous le bruit des avions, en faisant parfois référence à la grève par des formules qui montraient leur lucidité quant au calme apparent ce jour‑là : « en ce moment, on les entend beaucoup moins, mais normalement... », etc.
La grande majorité des trente entretiens ont été cependant effectués tout de suite après cette grève, ici aussi sans autre incidence que quelques remarques concernant les seuls avions d'Air France, aux sujet desquels deux ou trois interviewés croient avoir remarqué que c'est bien cette compagnie qui vole le plus « la nuit » au dessus de chez eux.
Le reste du travail de terrain s'est déroulé de façon on ne peut plus classique.
Sur deux points il a été nécessaire d'aménager la commande initiale, les mesures acoustiques et les cinq questions à fournir pour le sondage ultérieur ; nous avons abordé ces deux points respectivement aux §2.1 et au §1.6.

   
 

2.4 Hypothèses a priori
En commençant ce travail, nous nous attendions à voir se répéter un certain nombre d'attitudes envers le monde sonore que nous avons déjà pu voir lors de nos recherches par le passé :

   
 
  • Le bruit possède des qualités psychosociologiques spécifiques, celles d'un exutoire projectif pour toute insatisfaction, d'origine sociale mais également personnelle. On peut donc s'attendre à une meilleure tolérance envers le bruit chez les gens « qui vont bien », et qui en effet encaissent sans sourciller des environnements sonores déclarés inacceptables par ceux qui vont moins bien, tant au plan des décibels que des significations ;
  • La résidence secondaire fonctionne comme exutoire contre le bruit de la ville, il est raisonnable d'estimer qu'elle joue le même rôle concernant le bruit des avions
  • Quand un bruit est source de gêne, l'amélioration technique de ce bruit peut‑être vécue comme une source de plaisir : il y a un "bénéfice de gêne" (ex. le métro aérien sur rails, puis ensuite sur pneus). Est‑ce également le cas pour l'Airbus, pour l'abandon des Caravelle et du Concorde ?
  • Le silence absolu est pratiquement toujours pris dans la signification de mort, tombeau : absence de la mère. Mais peut‑être n'y pense t‑on plus quand le niveau de gêne est trop fort ? Les personnes soumises aux nuisances des avions prétendent‑elles plus facilement qu'elles aimeraient « ne plus rien entendre du tout », par exemple ?
  • Un vécu de son quartier en termes d'historicité personnelle (narcissisme), permet d'accepter la presque totalité des bruits de l'environnement, la gêne n'apparaît alors que pour certains bruits techniques intenses, épisodiques, ne participant pas de cette image de quartier, et la renforçant d'autant plus. Qu'en est‑il des gens ayant toujours vécu dans l'un ou l'autre des dix sites d'enquête ?
  • La sensibilité aux bruits augmente avec la fatigue ; incidence possible d'un travail bruyant et de son cumul avec un environnement domestique bruyant ;
  • La gêne se porte parfois sur les bruits humains, surtout intrafamiliaux. Dès lors, les bruits anonymes externes sont appréciés pour leur intensité même, qui permet de les récupérer comme écran contre les bruits relationnels gênants. Cela est‑il vrai également pour les bruits d'avions ?
  • L'existence de problèmes matériels aigus, accaparant l'activité psychique, ôte son importance au bruit, même intense, malgré sa perception effective ("on l'entend sans l'entendre"). Les chômeurs RMIstes entendent‑ils les avions ?
  • Des bruits techniques, vécus comme intensément gênants en milieu urbain (tondeuse à gazon) sont très bien tolérés en milieu rural (tracteur), car ils sont récupérés dans une signification « naturelle » machine au service de la nature.
  • Le degré de gêne ressentie et/ou exprimée consciemment par les personnes interviewées, est‑il en relation avec leur attitude générale envers l'aviation ? Une hypothèse de bon sens voudrait que les personnes qui aiment l'aventure technique et humaine de l'aviation, dont on vient de fêter le centenaire, supportent mieux le bruit des avions (voire parfois même l'apprécient).
   
 

3‑ La structure de l'échantillon et l'incidence des variables sociologiques

   
 

3.1 La structure de l’échantillon

Il va de soi que la représentativité statistique des diverses variables sociologiques n'était pas recherchée dans une petite étude qualitative sur trente personnes, où il s'agit surtout de trouver des personnes ayant quelque chose à dire dans le domaine étudié; cependant l’équilibre relatif de ces variables parait évidemment souhaitable.
On peut dire que cet équilibre existe grosso modo dans les 30 entretiens effectués : nous avons un peu trop d'entretiens avec des femmes, mais 8 entretiens de couples; 25 personnes vivant maritalement et 5 personnes seules ou monoparentales; sauf deux célibataires, presque tous les interviewés ont eu des enfants, qui dans la moitie des cas sont encore au foyer; l’âge se distribue de façon très régulière entre 28 ans et 82 ans, si l'on excepte l'absence de femmes quinquagénaires. La moitié des interviewés jouit de revenus situés entre 19 et 26 KF, le quart se situe entre 14 et 15 KF, aux extrêmes deux personnes se situent au dessus, et trois au dessous de ces chiffres : l’enquête a donc surtout été acceptée par la classe moyenne, mais également par 4 ouvriers et 2 cadres supérieurs. Les retraites sont au nombre de 6, un seul interviewé est chômeur, et 4 sont des mères au foyer (les 13 autres femmes de cet échantillon travaillent).

   
 

3.2 Le sexe et l’âge (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.41)
Ni le sexe, ni l'âge (17 femmes et 13 hommes, âgés de 28 ans a 82 ans) ne semblent jouer un rôle dans l’expression de la gêne liée au bruit d'avions, ni quand elle est considérée comme le problème numéro un, ni quand elle vient en second ou troisième rang. Le sexe et l’âge ne discriminent pas non plus les autres facteurs de gêne manifeste, ni dans 1'environnement, ni au niveau social.

   
 

3.3 Le nombre d'enfants (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.42)
Il n’est pas impossible que l’expression de la gêne liée au bruit d'avions augmente avec le nombre d'enfants ; une légère tendance en ce sens est observable, qui s'accentue si l’on ne tient pas compte des enfants ayant pris leur indépendance (ceux des personnes âgées de plus de 60 ans). La tendance parait nette au dessus de trois enfants au foyer, il s'agit Ià sans doute des ménages à la vie de famille déjà assez bruyante par elle-même, auxquelles le bruit des avions vient alors se surajouter.

   
 

3.4 La profession (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.43)
Directement en rapport avec les considérations qui précèdent concernant le cumul de plusieurs gênes sonores, on constate sur les tableaux d'ensemble que le bruit des avions est considéré comme étant le problème numéro un par toutes les mères au foyer (5 cas), et par tous les enseignants (3 cas, travail bruyant). Contrairement a ce que ]'on pourrait supposer, chez les retraités, qui peuvent quitter librement leur domicile pour se changer les idées, une seule personne déclare le bruit d'avions en tant que « problème N°1 », et une seule autre en tant que « problème N°2 ». II n'y a pas de tendance aussi claire chez les actifs.

   
 

3.5 Les revenus (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.44)
Les revenus, de même que pour l’âge et le sexe, ne semblent eux non plus jouer de rôle dans l’expression de la gêne liée au bruit d'avions, que celle ci arrive en première, seconde ou troisieme position (les revenus s'échelonnent de 4KF/mois (couple de chômeurs en fin de droits) a 55KF/mois (couple de cadre et prof. libérale).

   
 

3.6 Le type et la taille de l’habitat (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.45)
Nous avons 8 entretiens dans des immeubles, 8 dans des maisons de village et 13 dans des paillions. Une tendance se fait jour dans la moitie des immeubles et maisons de village, ou l’expression de la gêne due au bruit d'avions arrive en première position (et, concernant les maisons, en seconde position dans l’autre moitie des cas) ; dans les paillions, cette proportion tombe au tiers des cas seulement.

   
 

3.7 Le site d'enquête (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.46)
L'incidence importante de cette variable, fortement liée au bruit objectif, nous a amène à la détailler au chapitre suivant. On peut constater une nette différence entre la Zone « Orly »  et la zone « CDG » : le bruit des avions est déclare le problème n°1 à CDG dans la moitie des cas (12 fois sur 22 entretiens), et une seule fois dans la zone « Orly » (8 entretiens). Ces chiffres doivent être portés respectivement à 24 et 12, si l’on prend en compte que le couple Gonesse 02/03 ne déclare pas le bruit d'avion en position 1 parce qu'ii est tout autant gêné par les voitures, et de même si l’on considère que le couple VSG01/02 a été gêné toute sa vie par les avions avant de recevoir une aide de l’ADEME pour l’insonorisation de son pavillon. On peut encore relever que tous les 4 interviewés de Saint-Mard et 2 sur les 3 d'Iverny se déclarent fortement gênés malgré l’éloignement de CDG ; cette gêne subjectivement plus grande que dans les sites objectivement plus nuisancés pourrait traduire la frustration d'être fréquemment survolés malgré cet éloignement relatif, contrairement à des communes voisines plus tranquilles.

   
 

3.8 Les résidences secondaires (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.47)
La possibilité de s'échapper en week-end loin des pollutions sonores et autres liées aux aéroports par la possession ou la disponibilité d’une maison à la campagne, divise les interviewés en deux groupes presque égaux (14 ne l’ont pas, et 16 l’ont). Mais cette possibilité ne semble que légèrement atténuer l’expression de la gêne. Toutes gênes d'aviation cumulées (bruit et kérosène en première, seconde ou troisième position), il y a 18 occurrences de ces expressions de gêne dans le groupe sans possibilité d'évasion à la campagne contre 13 dans le groupe qui peut partir se déstresser. Cette tendance nous était apparue plus forte dans d'autres études (études de gêne de voisinage « moyenne » dans Paris).
Il pourrait ici s'agir d’un problème d'interprétation des réponses, car des indices donnent à penser que les personnes interviewées et qui ont la possibilité de « se mettre au vert », si elles souffrent moins du bruit et de la pollution sur l’année, n’en sont que rarement conscientes au moment de répondre à des questions portant sur leur résidence principale. Plus fort, si on effectue la même pondération sur VSG et Gonesse que pour la variable précédente, il y aurait légèrement plus de gêne chez les interviewés disposant de maisons à la campagne que chez ceux qui n'en disposent pas : 17 expressions de gêne pour 16 personnes dans le premier camp, contre 18 pour 14 personnes dans le second. Comme pour la variable du site d'enquête, il est possible d'y voir une plus grande frustration subjective et une moindre résignation dans leur sort chez ceux qui partent souvent en week-end (d'autant plus que la ré-habituation au bruit est couteuse en stress).

   
 

3.9 L'attitude envers le changement social (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.48)
Mis à part le cas d'espèce Gon04, pour lequel le changement social a été personnellement « bénéfique »,  aucun des trente interviewés ne se déclare totalement positif envers le changement social, cependant 8 peuvent être considérés comme des « positifs critiques ». Cette variable ne semble vouloir corréler avec aucune autre (la tendance décelable entre les BEP positifs et les « positifs critiques » est évidemment une surdétermination, le changement social entrant dans la composition du BEP).

   
 

3.10 L'indicateur de bien-être potentiel « BEP » (cf. tableau en Annexe, 5.1, p.49)
Cet indicateur semble encore une fois efficace, puisque 8 personnes au BEP négatif ou moyen sur 12 déclarent le bruit d'avions en tant que « problème N°1 », contre 5 personnes au BEP positif sur 18.
En additionnant le bruit et la pollution des trois niveaux, comme précédemment, on obtient 16 facteurs de gêne aéronautique pour les 12 personnes au BEP faible ou moyen, et seulement 14 pour les 18 personnes au BEP positif. Ce rapport de 1,3 à 0,7 n’est certes pas spectaculaire, et constitue une différence remarquable avec ce nous avons pu voir dans les recherches de gêne sonore dans des immeubles parisiens : dans une région soumise à des nuisances sonores aussi massives que celles des avions, le fait d'aller bien dans sa vie que mesure notre BEP positif n'offre plus la belle protection psychique qu'il donne en milieu urbain moyennement bruyant (ou la corrélation était très forte).

   
 

4 ‑ Les attitudes des trente interviewés selon les dix sites

   
 

4.1 Bullion

Sigle
Zone

Type
Habitat

profession

Sexe/Age

N enf

Revenus
ménage

Style de
loisirs

Poss / disp
Rés. Sec.

Indicateur
B.E.P.

Bul01

Pav 5p

Inf. chôm

H/58ans

3

4KF (sic)

jardin, etc

Possible

très négatif

Bul02

Pav 5p

Tech. retr.

H/82ans

2

15kf

jardin, etc

Non

moyen

Bul03

Pav 5p

Employée

F/62ans

4

20kf

montagne

Oui

positif

Bul04

 

Retraitée

F/75ans

2

15kf

sorties Paris

Non

positif

 

 

 

   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Att env
aviation gal

Att env chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Exclu soc

Bruit voisins

Bruit avions

positif

négatif

Hypersensensible selon voisins

Éloign.Paris

Mauv.eau

kérosène

indiff

mitigé

Regrette les trains

Absence comm

sécurité

Absence animat

positif

négatif

Préfère le centre du village

L'eau !

Abs. animat

Proj. aéroport

Craint accididents

Négatif, repli

Grand besoin d’animation, Paris

   
 

Bullion01
L'interviewé est un homme de 58 ans, au chômage depuis quatre ans, et bientôt au RMI ainsi que sa femme, qui était déjà au chômage avant lui. Leurs revenus actuels ne sont plus que de l'ordre de 4000 francs par mois. Ils habitent la « Résidence la Clairière », un quartier pavillonnaire récent en bordure de Bullion, considéré comme le quartier modeste de ce village très résidentiel. Cet interviewé manifeste une sensibilité exceptionnelle au bruit pour un pavillonnaire, et il vit toujours à la limite du conflit avec ses voisins auxquels il reproche leurs activités de bricolage et de jardinage, souvent intempestives selon lui.
Les problèmes d'environnement lui semblent d'abord liés à l'accroissement de la population et à son taux d'équipement en engins qui provoquent des nuisances de toute sorte, tels que les tondeuses, les taille‑haies, les scooters et mobylettes des jeunes qui font des rodéos traversant le lotissement, surtout la nuit, et même « la récupération du verre à n'importe quelle heure ». L'accroissement de la circulation y est directement liée, mais également la dégradation de la relation parents‑enfants : ce sont les jeunes qui font du bruit. Mais aussi son voisin, un « brave type, bricoleur de génie, mais il a un tour de fraisage dans son garage... » Or, il a deux chambres contiguës avec ce garage ! Lui‑même laisse souvent le bricolage à cause du bruit qu'il fait. Il était mécano ajusteur au début de sa vie professionnelle, et considère avoir eu assez de bruit comme cela dans les ateliers.
je devrai le relancer par deux fois, alors même que des avions nous avaient survolé, pour qu'il mentionne les survols à l'atterrissage par vent d'Est comme étant une gêne certains jours ; mais immédiatement il atténue ce qu'il vient de dire en déclarant que la situation locale n'est pas comparable à celle, infernale, des habitants proches d'Orly. Par ailleurs, les beaux avions ne lui déplaisent pas, il sort parfois les regarder. Leur bruit est moins aigu, moins sifflant que sur les appareils du passé, parce que les moteurs sont plus puissants, et tournent plus lentement. Il ne les entend pas quand il jardine, mais si leur fréquence augmente « je n'en rate pas un seul ». Il aime bien le Concorde « parce qu'il est rare ». Il pourrait accepter davantage d'avions, s'ils étaient plus discrets.

   
 

Bullion02 et 04 (couple) :
L'interviewé est un homme de 82 ans (il n'en fait que 70, et précise que sa mère en a 102... ). Sa femme ne dira pas le sien (elle est plus jeune). Ils se sont installés en 1981 à la « Résidence la Clairière » attirés par les bois, pour y trouver le calme. Auparavant ils étaient riverains à Chaville d'une ligne à quatre voies de la SNCF, avec à certaines heures un train toutes les deux minutes. Le mari était technicien radio, la femme coiffeuse ; ils perçoivent une retraite de l'ordre de 15 KF. il est très satisfait d'être propriétaire de son'pavillon de 100m2, avec chauffage au gaz tient‑il à préciser.
Son père était ajusteur chez Farman à Billancourt ; il a du arrêter ses études très tôt et se débrouiller dans la vie par ses propres forces.
Il trouve son quartier tranquille, malgré quelques tondeuses, ainsi que quelques avions. « Mais où n'y a‑t‑il pas de gêne », demande t‑il. Ce qui lui pose problème : l'éloignement de Paris, le RER est à Saint Rémy et ils font 15 km en voiture pour le prendre. Les dimanches ils s'enhardissent à aller en voiture à Paris pour voir les musées, les expositions : l'agitation de Paris manque à sa femme, dont il dit qu'elle a un caractère très différent du sien. Il l'a rencontrée il y a 50 ans dans le café que tenait sa mère... (enfance passée au bruit ?).
Elle déclare : « le bruit, ici, c'est moi qui le fais ! le bruit c'est la vie ! ». Elle trouve Bullion un peu morne, et ne se plaint que des aboiements des chiens. Les avions ne la gênent pas.
Il se déclare, lui, très sensible aux problèmes de l'environnement et du bruit, « mais ici heureusement le bruit est faible », sauf les samedis et dimanéhes où les personnes en profitent pour tondre le gazon, pour faire des travaux dans leur jardin avec des outils bruyants « à cause de la mécanisation de nos jours ». Cependant, les voisins sont très corrects et ne font jamais de bruit inutile et surtout pas tard le soir. Les relations de voisinage sont très conviviales, faites d'échanges de services, de prêts d'outils. La différence d'âge restreint cependant ces contacts.
Quant aux avions, il les entend surtout quand il fait beau, et selon la direction du vent (Est), mais il ne trouve pas qu'ils posent problème car « on ne les entend plus à partir de 11 h ou 11 h30 du soir ». « Cela dépend des pistes d'atterrissage », dit‑il. Il craint qu'il y ait davantage de gêne d'avions avec la déréglementation.
Par ordre d'importance les problèmes d'environnement sont selon lui : en tout premier,* l'eau (qui est « infecte, scandaleusement chère » ; pour pouvoir jardiner, les gens refont des puits... ), puis l'air (le kérosène abîme un peu les arbres). Le bruit lui semble tolérable par comparaison avec son cousin de Brie Comte Robert, qui, lui, vit l'enfer entre la Francilienne, Roissy et le TGV... (mais son cousin ne se réveille plus quand un 747 passe à 50m du toit). « Ça dépend des personnes. Moi c'est depuis que je suis ici que je peux dormir les fenêtres ouvertes la nuit ». « Il faudrait être difficile pour ne pas être satisfait de ce quartier ». Il perçoit cependant très clairement l'accroissement du bruit dans le temps, au début il passait une voiture toutes les 5 minutes devant chez lui, maintenant ce sont 5 voitures à la minute... « Ça c'est dégradé, mais qu'est ce qui ne s'est pas dégradé ? ».
S'il n'y avait pas d'avions, ce serait mieux, mais il les supporte. Ils sont gênants au décollage, vers l'Ouest, de gros porteurs passent parfois à 100m. Exceptionnellement il sort voir les plus bruyants, « en fulminant ».
Il signale quand même que le dimanche, Paéroclub de Toussus‑le‑Noble est très bruyant, ces petits avions monomoteurs sont parfois plus bruyants que certains gros porteurs, et plus longtemps.
Il entend tous les avions, toujours (même quelques avions de chasse) sans habituation qui fasse filtre. Il n'aime pas trop le voyage en avion pour lui‑même, à cause du bruit. Les avions et l'histoire de l'aviation le passionnaient au temps de Mermoz, Védrines et Detroyat, mais ne l'intéressent plus depuis l'introduction du moteur à réaction, même Le Concorde ; il s'intéresse surtout aux trains (qu'il n'entend heureusement plus) : il est abonné à la Vie du raiL Toute locomotive qui passe, il peut en dire le type et la puissance, c'était le seul bon côté de vivre à 10m des voies...

   
 

Bullion03
L'interviewée est une femme de 62 ans, mariée, qui a eu quatre enfants. Elle est assistante maternelle, son mari est électricien. Ils gagnent 20 KF. Ils habitaient la Résidence la Clairière dans un pavillon de cinq pièces sur un jardin des 600 mètres carrés. Elle se plaint du manque de commerçants, des transports, du faible équipement du quartier... L'endroit manque de vie, « c'est un cadre de vie tristounet ». La vie y est trop casanière, les contacts avec les gens ne sont pas satisfaisants, sauf avec quelques voisins directs qu'ils connaissent parfois depuis 27 ans. Elle se plaint également du manque de sécurité, du vandalisme, des vois, du manque de tranquillité. lis habitaient autrefois le grand ensemble de Massy qu'ils ont quitté pour le cadre campagnard de Bullion. Elle finit presque par regretter les HLM où « il y avait toutes les commodités ! ». Ils rêvent de changer leur pavillon contre une maison de ville dans le vieux village de Bullion même, « malgré la route ». Ce qui, d'après elle, pose le plus de problèmes dans son quartier ce sont les chats. Il y a beaucoup trop de chats, « on les retrouve dedans en rentrant ». Elle ne retrouve rien de son enfance à la campagne, en Bretagne, où ils étaient 12 à la maison. Ici, c'est « la campagne pour les riches », Bullion est snob, et tout y est très cher... Elle ne regrette cependant pas la vie qu'ont eu ses parents, des fermiers en difficulté financière permanente. Le couple sort souvent, ils vont marcher, ou ils se promènent en voiture ; ils passent leurs vacances en Bretagne, où à la montagne. lis disposent d'une maison en Bretagne. Elle aime le bruit de l'eau qui coule, et elle va mettre un bassin dans son jardin. Les bruits agricoles sont vivants, ditelle. Elle donne beaucoup d'importance aux bruits, qui sont « très gênants ». Mais le silence, trop de calme est gênant également, il lui faut le bruit de fond de la vie humaine, dit elle. Les corbeaux lui rappellent les champs de Bretagne. Le quartier est calme, « sauf quelques avions ». Les voisins sont tous d'accord pour restreindre le bruit, car les pavillons jumelés ont des problèmes (entre les numéros 17 et 18 par exemple). Heureusement, eux‑mêmes ne sont pas bruyants, dit‑elle.
Les avions produisent un grondement quasi permanent, mais pas gênant. Le vrai problème c'est l'obsession du voisin mitoyen (l'interviewé Bullion01), « qui ne supporte pas les chiens, d'ailleurs il ne supporte rien ». Les mobylettes la dérangent davantage que les avions. Mais par temps très sec on les entend fort. À table, ils dérangent lors des repas des week‑ends dans le jardin. Ce sont les décollages qui sont bruy ants, ils décollent exactement sur Bullion. On les voit du jardin, ils passent près. Ils sortent dans le jardin pour regarder quand le Concorde passe. Ils trouvent que le bruit des avions a changé, ils sont aujourd'hui moins bruyants qu'au temps des Caravelles. Cela est dû à la technique, au progrès des moteurs. De façon générale ils supportent bien les avions, et parfois ne les entendent plus, mais quand ils passent trop bas « on les entend toujours ! »

   
 

4.2 Villeneuve St Georges

Sigle
Zone/N°

Type
Habitat

profession

Sexe/Age

N enf

Revenus
ménage

Style de
loisirs

Poss / disp
Rés. Sec.

Indicateur
B.E.P.

VSG01

Pav 4p

Retr. Bât

H/72ans

2

25kf

Mais. campagne

Oui

Positif

VSG02

Pav 4p

Retr. compt.

H/74ans

2

25kf

Montagne

Oui

Positif

VSG03

Pav 8p

Retr Banque

F/65ans

2

20kf

Pêche, chasse

Non

Positif

VSG04

Coll.Std. F5

Retr Mairie

F/71ans

1

25kf

Mer

Oui

Positif

 

 

 


   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Att envers
l'aviation en gal

Att envers le chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Avions: fini sécurité Santé Négatif sur VSG Nég., civisme ADEME leur a isolé leur pavillon
Avions: fini qualité de vie sécurité Les débuts Nég., vols OK depuis début 1998
Air, kérosène Bruit avions Circul. auto Indifférence mitigé Insist. sur décote de 20%
Bruit avions Bruit RN6 Bruit train Les débuts Indifférence Av. seraient plus supp. si voyages
   
 

VSG011/02 (couple).

Ce couple de retraités de 72 et 74 ans habite un étage de quatre pièces d'un grand pavillon en copropriété, depuis leur mariage il y a 60 ans. Le mari avait pris la tête de l'entreprise de bâtiment de son père ; ils sont tous deux des villeneuvois de toujours, ainsi que leurs enfants. Ils ont souffert du bruit des avions presque toute une vie, mais viennent d'obtenir des fenêtres isolantes de PADEME, en février 1998. Ils déclarent que cette isolation est efficace à 80%, et même qu» il y a moins d'avions », ce qui nous paraît être davantage un effet subjectif de la récente isolation plutôt qu'une réalité du trafic...
Ils disent que Villeneuve Saint‑Georges a beaucoup changé, les enfants ont tendance à partir, et ils lient ce fait à l'insécurité et l'appauvrissement de la ville. Ils sont moins satisfaits de Villeneuve SaintGeorges qu'autrefois ; il y a trop de cambriolages. La police ne fait rien. Autrefois « La Passerelle », où ils habitent, c'était le quartier résidentiel, « il arrivait qu'on parte en vacances en laissant les portes ouvertes ». Les seules personnes qu'ils fréquentent maintenant sont quelques vieilles familles, amies de longue date. lis ont une résidence secondaire à 80 km, mais ils ne voient pas de lien avec la possibilité qu'elle leur offre d'échapper au bruit des avions. Aucun bruit à la campagne n'est gênant, y compris les tracteurs. Le bruit n'est plus un problème du tout, depuis l'isolation acoustique, et même quand ils ouvrent les fenêtres désormais l'ambiance sonore leur semble plus supportable. Les avions seraient non seulement moins nombreux ( ?), mais aussi « plus silencieux, on ne peut pas les comparer à il y a une quinzaine d'années ». Par ailleurs, ils « ont l'habitude », et ils ne travaillent plus, et « on supporte mieux quand on n'est pas stressé par le travail ». Le bruit « porte sur les nerfs, sur la santé c'est moins sûr ».
Les avions ont selon eux diminué en nombre depuis l'ouverture de la dernière piste de Roissy, il y a cinq ou six ans. « Avant, quand on était dehors on ne s'entendait pas parler... quand les enfants étaient jeunes, on ne pouvait pas manger dehors ». A Villeneuve Saint‑Georges, ce sont les décollages qui sont le plus gênants, « c'est plus long ». Ils les voient facilement, « ils passent au dessus de la maison ». Actuellement, il est devenu possible de suivre une conversation dans la rue, les moteurs ont changé. Ils ne pensent pas au type d'avion, sa destination, ses voyageurs ou sa cargaison : « les avions ne font pas penser ». Le Concorde ne passe jamais, ils ont du le voir deux fois dans leur vie. Quant à échanger son bruit contre le grondement permanent de Villeneuve SaintGeorges, contre six Concorde par jour, ils s'estimeraient gagnants ; mais, réalistes ils disent que « six Concorde ce n'est pas beaucoup », en termes de transport. Les petits avions des aéroclubs n'ont pas le droit de survoler Villeneuve Saint‑Georges (à quelque chose malheur est bon). Ils estiment en conclusion que la solution au bruit des avions est l'isolation acoustique des logements, comme chez eux.

   
 

VSG 03

L'interviewé est un homme de 65 ans, retraité de la banque ainsi que sa femme, et père de deux enfants. Il habite un pavillon dont le jardin fait 250 M2, directement sous la trajectoire des avions. Ses parents étaient douaniers, ceux de sa femme travaillaient à la SNCF. Il n'a pas de maison de campagne. Il me reçoit la porte ouverte pour que le magnétophone enregistre bien chacun des avions qui vont passer. Sa préoccupation essentielle est de trouver le calme, la sérénité : il y a trop d'avions et trop de voitures. La RN 6 traverse Villeneuve Saint‑Georges. Sa propre rue est un peu moins bruyante maintenant qu'elle est en sens unique, mais son passage est encore important.
Il habite Villeneuve Saint‑Georges depuis 45 ans, le pavillon appartenait à sa belle famille. Il dit y avoir ses racines, même si son enfance s'est déroulée à Valenton, qui jouxte Villeneuve SaintGeorges, les avions étaient déjà une nuisance, bien que moindre que la RN6. Il est attaché à cette banlieue, décrite par René Fallet, « une peinture de la société de l'époque ».
Les avions sont donc le problème principal de son existence, malgré l'isolation acoustique qu'il a fait réaliser il y a trente ans déjà (plus tard cette isolation a été complétée par PADP et l'ADEME). Le bruit est insupportable au dehors de cette maison isolée, et réduit à néant les avantages de la vie pavillonnaire, le jardin n'étant plus un espace d'agrément. Le kérosène empoisonne les légumes, les salades. « On ne s'est jamais trop penché sur le sujet je crois, parce qu'on ne veut pas affoler certainement les populations, mais je pense que si un jour on faisait une étude très sérieuse, on serait peut‑être très surpris ». Il connaît bien les différents avions, et leur bruit caractéristique. Le trafic aérien augmente, les Airbus ont apporté une légère amélioration au plan du bruit, mais les avions tapent sur les nerfs. Le Concorde est magnifique, mais extrêmement bruyant. De même que les chasseurs, les 14 juillet.
Le bruit des avions finit par susciter localement une mutation sociale, de plus en plus de gens quittent la région, et ils tendent à être remplacés « par des populations à problèmes ». L'immobilier perd de sa valeur, un très grand nombre de pavillons sont en vente, mais la réputation de Villeneuve SaintGeorges (avions, bouchons, bruit, pollution) provoque une chute de l'ordre de 20%. A part les avions, et en dehors de toute considération politique, précise‑t‑il, ce qui pose problème à Villeneuve Saint‑Georges ce sont des bandes de jeunes qui parfois font du bruit une partie de la nuit durant. Une place proche du pavillon de l'interviewé semble être devenu le lieu de réunion nocturne de ces bandes de jeunes, qui crient, hurlent, sans que la police intervienne. Perte de civisme, et « faiblesse pour appliquer le droit. »
Le souvenir marquant de son enfance est le bombardement aérien d'avril 1944, dans lequel il perdit un certain nombre de copains d'école : déjà un traumatisme lié aux avions ! Il en parle de façon détaillée, faisant soigneusement la distinction entre les pilonnages massifs des américains et les destructions ciblées des anglais.

   
 

VSG04 :

L'interviewée est une femme de 71 ans, mariée, dont la fille de 48 ans est, elle aussi, exposée aux bruits des avions dans la région de Roissy. Elle a travaillé comme secrétaire à la mairie, son mari était pharmacien. Leurs parents étaient du même milieu social. Son mari âgé, actuellement placé en cure de long séjour, est devenu sourd assez tôt. Ils ont des revenus de l'ordre de 25Kf. Elle habite un immeuble moderne d'une dizaine d'étages exposé autant au bruit des avions qu'à celui des trains. Elle y habite depuis 1965, « à l'époque les avions passaient plus loin ». La modification des axes des pistes les amena au dessus de leur immeuble en 1974. Auparavant elle a vécu dans une commune voisine survolée par les avions, où les avions à hélice ne l'avaient jamais gênée : la gêne, ce sont davantage les réacteurs que l'accroissement du trafic aérien, surtout au décollage. Elle apprécie depuis peu l'angle accru au décollage pour diminuer le bruit... Le bruit des avions est un gros handicap pour Villeneuve Saint‑Georges « parce que les gens n'ont plus pu faire construire, on avait le droit d'acheter et de modifier du vieux mais plus de construire du nouveau, donc les gens sont partis plus loin. Mais petit à petit ils ont été remplacés par des populations, disons, plus difficiles ». « Villeneuve Saint‑Georges était autrefois une ville très commerçante, très vivante, maintenant deux commerces sur trois sont fermés. Nous avons eu tous les inconvénients et aucun avantage, les avions ne nous ont rien apporté », contrairement à Villeneuve le Roi, plus nuisancé, et qu'ADP selon elle « a donc muni de grosses ressources ». Villeneuve Saint‑Georges est devenu une commune pauvre avec une population à problèmes, et des impôts très élevés compte tenu de l'environnement très médiocre. La RN6 et le train, qui passent tous deux devant l'ancienne pharmacie de son mari, font un tel bruit qu'il n'y entendait pas les avions, et elle se demande si cela n'a pas précipité sa surdité. On n'est donc pas très étonné que l'important pour elle ce soit « le calme et la tranquillité ». Elle plaint les gens de Roissy, « qui ont des avions même la nuit », mais considère qu'ils savaient ce qu'ils faisaient en allant y vivre puisque l'aéroport y a précédé l'urbanisation, contrairement à la région d'Orly. Son pied à terre à Trouville lui sert heureusement pour y retrouver le calme, « je me vidais la tête complètement ». Le bruit de la tempête en mer n'est pas gênant, ni aucun bruit naturel. Ce sont les bruits de moteurs qui la gênent, même ceux des engins agricoles : le seul bruit désagréable à Trouville c'est celui de l'entretien des pelouses et des haies avec des outils motorisés, « on ne sait plus rien faire sans moteurs, maintenant ! » Elle s'en veut d'être assez bruyante elle même, « je suis assez vive ».
Son souvenir marquant est un souvenir de guerre. Elle habitait Le Creusot, qui fut très bombardé. Elle se souvient du bruit terrible d'un gros bombardement, à la suite duquel sa famille partit vivre à Villeneuve Saint‑Georges... qui en avril 1944 fut lui aussi bombardé. Une nuit sur deux, la nuit passée la cave, la peur, le froid, la faim : « J'entendais les moteurs d'avion avant tout le monde... »
Entre neuf et dix heures, on ne peut pas écouter la télévision, elle se réfugie de l'autre côté de son appartement. Pourtant ce n'est plus le bruit des Caravelle, les moteurs ont fait beaucoup de progrès, et surtout « les procédures » témoignent du souci de moins gêner les riverains. Elle se souvient du temps où elle avait commencé à voyager en avion avec son mari, « j'adorais me sentir décoller, cette poussée » ; elle a remarqué qu'à leur retour elle tolérait beaucoup mieux le bruit des avions à Villeneuve Saint‑Georges. Elle a dit à ce sujet à son mari que, pour diminuer les plaintes, les gens de l'aviation « devraient offrir à tous les riverains au moins un voyage par an ».

   
 

4.3 Gonesse

Sigle
Zone/N°
Type
Habitat
Profession
Sexe/Age
N enfants
Revenus du
ménage
Style de
loisirs
Poss / disp Rés. Sec.
Indicateur BEP
Gon01 HLM F4 Au foyer F/47 veuve
3
10 kf
mots croisés Possible moyen
Gon02 Mais vill 4p cuisinière F/41 ans
5
23 kf
Guinéé Non positif
Gon03 Mais vill 4p Infirm. psychiatr. F/37 ans
1
25 kf
mer, équitation Oui, montagne positif
Gon04 Mais vill 4p éducat. sportif H/37 ans
1
25 kf
ski, mer Oui, montagne positif
   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Env

Env chgt
social

Repr actuelle la plus
prégnante

Br. avions

Bndieunes

Propr, sécu

Cr. accid

Nég, chôm

Survols tombe mari

sécurité

Br. avions

Pl. des vois

Utile ss

bénéfique

Impens. rejetter bruit

Bruit en gal

Quai. eau

Civisme

mitigée

Pos, crit

Atteriss + bruyants

Bruit en gal

Br circul

Trav bruy

Positif

Pos, crit

TBisol acstq = supptble

   
 

Gon01

L'interviewée est une femme de 47 ans, mère de trois enfants, récemment devenue veuve. Elle habite un F4 dans un bloc HLM situé dans un beau parc. Elle est mère au foyer (ancienne vendeuse) et son niveau de revenus et de l'ordre de 10 KF. Son mari était dépanneur d'engins de chantier. Elle peut aller à la campagne, dans de la famille. Ses parents étaient de condition modeste, comme elle. Sa première préoccupation est la tranquillité et la propreté : son HLM est en effet très dégradé, au point qu'elle apprécie d'habiter le 4ème étage « qui est assez tranquille », par rapport à l'insécurité du rez de chaussée. En deuxième lieu elle se plaint des avions, qui la gênent pendant la journée. Le problème de son quartier, selon elle, est donc la gêne des avions le jour et celle des bandes de jeunes certaines nuits. A part cela elle apprécie de vivre dans la verdure, « je m'y plais beaucoup, on a de la chlorophylle, ici, on n'est pas trop dans le béton ». Elle habitait à Sannois il y a vingt‑cinq ans, c'était encore un petit village, une autre époque ; elle s'est installée à Gonesse à cause du travail de son mari : « au début c'était bien ici, il y avait une convivialité, ça empire petit a petit ». Elle est tentée de partir à cause du niveau qu'atteint désormais le vandalisme dans le quartier : avec l'état dans lequel est l'entrée, elle a un peu honte de recevoir des invités. Mais elle « tient à cet endroit », pour y avoir vécu avec son défunt mari et ses enfants, dont le premier vient de quitter la maison. Un F4 dont elle dit qu'il est spacieux, avec sa loggia. Elle connaît les voisins depuis plus de vingt ans, qui sont très calmes. Elle ne sort que rarement, « à cause des distances », elle est casanière.
Le bruit en général est gênant pour elle, mais n'est pas plus important que les autres problèmes, bien qu'il ait beaucoup augmenté : le nombre de vois s'accroît en permanence. Les bruits gênants sont les bruits techniques, ainsi que ceux de voisins trop différents (asiatiques), mais elle aime bien un orage à la campagne, un fond sonore de vent dans les branches.
Les avions sont par moments assez gênants pour qu'elle n'entende pas sa télévision, surtout aux décollages. « Quand le Concorde décolle, on l'entend ! » Elle aime bien voir les avions, elle va au salon du Bourget, « les voir faire des loopings, des figures. C'est la technique, c'est le modernisme, c'est beau quoi. » Elle connaît St Ex, Hélène Boucher... Le bruit des avions n'a pas changé ; parfois des visiteurs lui font remarquer le bruit qu'elle n'entend plus elle même, trop affairée. Mais rien ne l'empêche d'ouvrir la fenêtre, même le Concorde... « ça dure une minute, ça n'empêche rien du tout. On les entend davantage le soir, parce que le bruit ambiant est moindre ». Cela la dérange davantage qu'ils passent toutes les 30 secondes exactement sur le cimetière de Gonesse, où est enterré son mari, et, concernant les vivants, elle dit : « l'hôpital à côté, qu'est ce qu'il doit prendre ! ». Elle se souvient de l'accident du Tupolev sur le Tillay, qui est rattaché à Goussainville. Elle même n'a pas peur, mais dans le quartier il y a beaucoup de gens qui craignent un nouvel accident.

   
 

Gon02

L'interviewée est une femme africaine de 41 ans qui a eu cinq enfants, dont trois sont nés à Gonesse. Elle est cuisinière pour les cantines scolaires ; son mari est menuisier ; ils gagnent 23 KF par mois environ. lis habitent une maison de ville de quatre pièces avec un jardin de 100 M2. L'important pour elle c'est d'abord la sécurité, car elle a été récemment victime d'un cambriolage. Également le bruit, mais il est beaucoup moins important que la sécurité. Auparavant ils vivaient à Paris dans le 11 ème ; ils sont partis à Gonesse pour devenir propriétaires (il leur reste neuf ans à payer). Ils sont là depuis une dizaine d'années, ils ont une bonne entente avec les voisins mais ils trouvent qu'il y a trop d'enfants trop bruyants. Leurs fêtes familiales sont parfois bruyantes mais elle dit que les voisins font des fêtes également... Elle a vécu dans sa Guinée natale ju~que à l'âge de vingt deux ans, puis elle est partie à cause du régime politique de Sekou Touré. Maintenant que le régime a changé, le projet du couple est de rentrer en Guinée pour s'y installer, et le mari menuisier construit actuellement une maison en Guinée dans ce but. Ses enfants préfèrent rester en France, et elle espère qu'ils trouveront du travail. Elle a commencé depuis 4 mois un travail à l'éducation nationale comme cuisinière, où elle trouve que pour l'instant l'ambiance est bonne.
Le bruit des avions lui paraît relativement supportable à Gonesse, si elle le compare à celui que supporte sa cousine à Goussainville. Les avions sont difficiles à supporter le soir et la nuit, surtout en été. Les atterrissages sont plus pénibles que les décollages, « c'est quand il descend qu'on l'entend vraiment beaucoup ». Elle ne sait pas si le bruit des avions a changé. Elle pense que le bruit des avions n'a pas d'influence sur sa santé. Le couple prend l'avion tous les ans au moins pour se rendre à Conakry, l'avion est le cordon ombilical qui les relie à leurs origines et leur permet de supporter une vie difficile en France. Elle supporte plus ou moins bien les voyages, elle dit que 6 heures d'avion c'est long. Le Concorde fait beaucoup de bruit, tout le monde sait que c'est lui qui passe, et il passe souvent.

   
 

Gon03/04 (couple)

Le mari et la femme de ce couple ont tous deux 37 ans. Ils ont eu une petite‑fille de trois ans. Ils habitent une maison de ville au centre de Gonesse, avec un jardin de 800M2 en cœur d'îlot. Il est éducateur sportif, et elle est infirmière psychiatrique sur Paris. Leurs revenus sont de l'ordre de 25 KF. Le plus important pour eux c'est la famille, la santé, le cadre de vie. Le bruit des avions fait problème dans leur vie actuelle. La circulation également est pénible, le bruit est cependant tolérable à cause de l'isolation des fenêtres. Il a toujours habité Gonesse avec ses frères, qui vivent dans le même immeuble, ils habitaient autrefois juste de l'autre côté de la place, et n'avaient alors que le bruit des avions du Bourget : c'est avec Roissy que les choses se sont nettement aggravées. Il regrette la perte de l'eau de source de Gonesse, si excellente que la firme Schweppes était venue s'y installer. Désormais ils boivent l'eau du réseau, beaucoup moins bonne. Elle vient de Neuilly sur Marne, où elle vivait dans l'ensemble « Les esplanades », « des tours très réussies » et qui semblent l'être resté. Elle est moins satisfaite de son quartier que lui, dont c'est le quartier d'enfance, Gonesse est une ville désagréable à cause de sa circulation et de son manque d'espaces verts, dit‑elle. Dans l'idéal ils préféreraient vivre à la campagne mais pas trop loin de la ville. Pour les vacances ils vont souvent à la mer et à la montagne, ils ont un studio pour les sports d'hiver. Dans la nature, la pluie, l'orage, « c'est le bruit de la vie », et les machines agricoles ne les gênent jamais à la campagne. Le changement social est très rapide, « la société change à vue d'œil, mais on s'adapte ». Le bruit du tonnerre et des avions fait parfois peur à la petite‑fille de trois ans. lis ne trouvent pas qu'il y ait davantage de bruit qu'autrefois. Lui a un travail bruyant (piscine), et se demande s'il n'a pas une perte d'audition. Les jeunes font exprès de faire du bruit avec les mobylettes sur la place devant la maison. Elle supporte mieux le silence que lui, qui a besoin d'une dose de fond sonore.
Concernant les avions, elle dira que « le soir quand il fait chaud, on ne peut pas ouvrir les fenêtres, ce n'est plus possible ». Les week‑ends les avions passent parfois toutes les trente secondes et au minimum toutes les trois minutes. Elle ne perçoit pas de différences entre les décollages et les atterrissages ; lui si, il trouve qu'en phase d'atterrissage on les entend davantage. On les voit facilement de chez eux, même les phares d'atterrissage les dérangent (surtout l'enfant). Ils ne sortent jamais les voir ; il trouve que le bruit des avions a diminué : « les hélices étaient plus bruyantes, elles avaient une autre sonorité ». Il arrive qu'ils n'entendent plus le bruit à cause de leurs activités. Les avions les dérangent parfois pour regarder la télévision (son). Ils pensent que le bruit des avions à une influence sur la santé au plan psychologique. Le Concorde est magnifique, il passe tous les jours à 1lh30, il est très bruyant mais c'est la technologie française, et le progrès, et sur Gonesse heureusement il est déjà haut. Il ne connaissent pas du tout les différents avions. « Les avions d'aéroclub, c'est pas la même chose, c'est une passion ! »

   
 

4.4 Goussainville

Sigle
Zone/N°

Type
Habitat

profession

Sexe/Age

N enfants

Rev mens. du
ménage

Style de
loisirs

Poss / disp
Rés. Sec.

Indicateur
BEP

Goussvill01

Pav 5p

Ouvrier

H/62ans

2

10kf

Trav dom

non

négatif

GoussviII02

Pav 6p

Tech.santé

F/35ans

2

14kf

montagne

trop loin

positif

   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Att. envers
aviation en général

Att. envers le changement
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Br. avions

Air, kérosn

Eau

Spect. pos

Négatif, repli

Aucune info indemnisation

Sécurité,

Bruit avions

kérosène

positif

Négatif, civisme

Tracteur en vacances insupp

   
 

Goussvill01

L'interviewé est un retraité de 62 ans, marié et père de deux enfants, mariés eux‑mêmes. Il est grand père de 4 petits‑enfants. Il habite un pavillon de 5p avec un petit jardin, dont il a fait lui‑même tous les travaux à partir de 1971, pavillon qu'il a racheté à un ami après l'accident du Tupolev, tombé précisément à cet endroit (l'école Pasteur) : plusieurs habitants sont partis vivre ailleurs, ne supportant plus ce souvenir. Il était chauffagiste, sa femme agent d'entretien, leurs revenus sont de l'ordre de 10 KF mensuels. Le plus important pour lui c'est le bruit, ensuite l'air pollué par les avions, et l'eau. Il est né en Italie, au Nord de Venise, et il y a vécu jusqu'à 19 ans, âge auquel il est venu travailler en France, en 1955. Devenu retraité, il n'a plus une minute de temps libre : « je fais tout. le fais le manger, je fais la lessive, je fais la peinture, tout ! je fais tout, comme ça on est tranquille ». lis ne partent jamais en vacances, ni en week‑end ; ils n'ont aucun endroit où fuir le bruit des avions : « on dit souvent qu'on s'habituer. Ce n'est pas vrai ! On ne s'habitue jamais. » Il trouve que le bruit « c'est pareil depuis vingt ans ». C'est surtout grave le soir à partir de 19h. Il ne parvient pas à imaginer comment serait sa vie si son logement était totalement silencieux. Les décollages sont beaucoup plus bruyants que les atterrissages, et parfois c'est toutes les deux minutes. S'ils passent très bas, ils empêchent de suivre une conversation dans son pavillon. lis le réveillent vers 5h30 ou 6 heures du matin, et l'empêchent de s'endormir le soir. Il n'a jamais pris lui‑même l'avion ; il n'entend aucune différence dans leur bruit depuis vingt ans. Le Concorde : « Ne m'en parlez pas 1 C'est la belle bête mais alors... C'est strident mais bref. Ça bouge le cœur »... La seule solution, c'est qu'il n'y ait plus aucun avion. Les petits avions des aéroclubs gênent beaucoup moins, ils les appellent « avions à pédales », parce qu'ils passent très lentement. Les avions à hélices sont presque aussi bruyants que ceux à réaction. La peur des accidents est restée vivace dans ce quartier, où l'on connaît par cœur leur liste complète depuis la chute du Tupolev.

   
 

Goussvill02

L'interviewée est une femme de 35 ans, mariée et mère de deux enfants, technicienne en milieu hospitalier, habitant un pavillon de 6 pièces avec un jardin d'environ 600M2. Le mari est chauffeurlivreur. Leurs revenus sont de 14 KF. L'ambiance est sécuritaire dans ce pavillon gardé par un chien très efficace. L'interviewée pratique le judo, et déclare que sa préoccupation n"I est la sécurité ; en second lieu seulement elle se plaint des avions : le ménage est en train d'isoler la maison contre le bruit. L'air sent le kérosène, il y a un dépôt de gras sur l'eau ; sa famille boit de l'eau en bouteille. Concernant l'environnement, elle estime que le problème le plus grave c'est le bruit des avions « parce que l'insécurité c'est partout ! ». Sa maison n'aura pas droit aux aides à l'isolation acoustique, car ils n'ont acheté qu'en 1984. « En 1984 il y avait beaucoup moins de bruit que maintenant, c'est devenu dramatique ! », et c'était plus facile de supporter le bruit « quand on était jeunes, on avait vingt ans ». Lors de la grève d'Air France, elle s'est aperçue que c'est cette compagnie qui selon elle fait le plus de bruit : « les avions qui décollent très très haut ne posent pas de problème. Ceux d'Air France sont beaucoup plus lourds, ils ont plus de mal à décoller ». Elle est arrêtée pour maladie en ce moment, et constate la différence d'ambiance sonore avec une semaine normale : « Ça va quand on travaille, bon les week‑ends on s'en accommode, mais là je trouve ça très pénible ! » Sinon, le quartier et les voisins sont agréables, l'insécurité proviendrait des collectifs dans Goussainville.
Le bruit des chiens, le leur et ceux des voisins, est un bruit relativement positif puisqu'il signifie que le quartier est bien surveillé malgré le bruit des avions qui peut fournir un écran acoustique à celui des agressions et de l'insécurité.
« Le plus dur à supporter c'est le retour des vacances, il faut se réhabituer, quoi. De ce point de vue là, je préfère encore le Concorde. » Cependant, le souvenir marquant de son enfance au Tillay c'est l'accident du Tupolev, qui a coupé en deux la maison en face de chez elle... Un vieux voisin garde la mémoire de tous les accidents aériens depuis l'avant guerre. « Quand je raconte aux gens que j'habite près de l'aéroport de Roissy, que j'ai le TGV qui passe, et la Francilienne en plus, il me disent que je suis folle d'habiter là ! » Le couple s'est donné deux ans pour observer l'évolution du trafic aérien et partir éventuellement dans l'Oise, malgré l'éloignement de leur lieux de travail et les frais de transport que cela entreinerait. Ils envoient les enfants le plus souvent possible chez leur grand‑mère à Perpignan « et on doit les mettre sur l'avion à Orly, c'est un comble ! » Les bruits de la campagne ou de la nature, même violents, nela gênent pas, mais un tracteur à 4 heures du matin certainement (c'est le cas dans les faubourgs de Perpignan... ) Elle avait d'ailleurs une volière de tourterelles : le voisin s'est plaint de leur bruit, elle a du prendre un lapin Le silence « c'est bizarre », car elle a du bruit à son travail et du bruit à la maison, « mais ça serait agréable de temps en temps ». Pourtant, elle n'aime pas le silence, angoissant ainsi que la solitude, et elle « allume la télé tout le temps », mais si c'était totalement silencieux, ce ne sont pas les avions qui lui manqueraient, mais bien le bruit des enfants, celui de la vie.
Les avions sont le plus gênants « quand ils font leurs essais de réacteurs, et qu'on essaye d'écouter la télé ». La différence est très nette entre les atterrissages et les décollages : elle préfère les atterrissages, car les avions sont plus visibles, et ils font moins de bruit. Les décollages seraient supportables « s'ils décollaient un petit peu plus haut, comme le Postal, il me dérange pas. » Cette préférence n'est pas due au fait que le Postal est un avion à hélices, mais au fait qu'il « prend beaucoup plus haut ». Le bruit des avions a changé, mais en mal : « il est plus fort, il est plus lourd, plus grave, il dure plus longtemps ». Ni elle ni son mari n'ont jamais pris l'avion, même pour Perpignan. Pourtant, « l'aviation est une belle chose ». « On le prendra bien un jour, l'avion. On ira au Canada ».

   
 

4.5 Iverny

Sigle
Zone/N°
Type
Habitat
Profession
Sexe/Age
N enfants
Revenus du
ménage
Style de
loisirs
Poss / disp Rés. Sec.
Indicateur BEP
Iverny01 Maisvill 6p Techn Citroën
H/37 ans
2
26 kF
voyages oui Très pos.
Iverny02 Maisvill 6p Secr. mairie
F/42 ans
2
24 kF
Andalousie non positif
Iverny03 Maisvill 5p comptable
F/33 ans
2
26 kF
sorties ds région parents positif
   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Att. env
aviation gal

Att. env chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Br. avions

Br. chiens

Air (odeurs)

Les débuts

Mitigé ambigu

Très informé sur PGS

Br. avions

Br. en géneral

Charges foncier

Utile sans +

Posit, crit

Où va l'argent d'ADP ?

Camions

Br avions

Br voisins

indiff

négat, dégrad

Augment constante de tous bruits

   
 

Iverny01

L'interviewé est un homme de 37 ans, marié et père de deux enfants, vivant dans une maison de village au centre d'Iverny avec un jardin d'environ 600 mètres carrés. Il travaille comme technicien de logistique chez Citroën, sa femme comme laborantine ; ils ont un niveau de revenus de 26 KF. Il est conseiller municipal, et s'occupe du comité des fêtes de ce village de 400 âmes. Ce qui est important pour lui, c'est d'abord la famille, ensuite le cadre de vie, le travail, les amis. Rien, selon lui, ne fait problème dans cet endroit, où ils ont acheté il y a huit ans, et où il se sent plutôt bien. Il se déclare sensible aux questions d'environnement et « pas trop mai loti ». Ce n'est qu'ensuite seulement qu'il aborde le problème des avions, qu'il relativise en disant que Roissy était là avant eux, « on a acheté notre maison en connaissance de cause ». Ils ne sont jamais contents de voir des avions passer au dessus d'eux, surtout quand ils essayent de profiter du jardin, mais la gêne n'est pas tant liée à la quantité d'avions qu'à certains survols à basse altitude : ils n'ont pas « vraiment vu la différence » lors de la grève d'Air France. Le choix du logement s'est décidé sur la base de sa localisation intermédiaire entre les lieux de travail des deux conjoints (entre Meaux et Aulnay sous Bois).
ils ont vécu deux ans à Meaux en HLM auparavant, dans un quartier « qui n'a pas forcément très bonne réputation ». Ils espèrent trouver une maison encore plus intéressante dans le village même, et restent aux aguets des occasions qui se présentent. Il a refusé une mutation à Vélizy, intéressante au plan du salaire, pour rester vivre à Iverny. Il pourrait échapper aux avions en se mettant aux vert chez ses parents dans le Nord, mais il précise que le bruit n'est pas si gênant qu'ils doivent en arriver là. Il ne se rend de dans cette maison que pour des fêtes de famille.
Le bruit, il le supporte difficilement mais ce n'est pas tellement celui des avions que le bruit des chiens des voisins. Pourtant les avions, dit‑il, sont surtout gênants aux décollages par vent d'Est, quand il fait beau : c'est quand ils sortent dans le jardin ! La plupart du temps les vents sont de l'Ouest et les avions ne les survolent qu'à l'atterrissage, ils sont moins bruyants (ce serait 80% du temps). Le bruit des avions selon lui n'a pas vraiment changé ; et quelle que soit son activité, il les entend
toujours. Il ne pense pas que le bruit des avions influe sur la santé. En les voyant passer, il a souvent envie de partir loin en vacances, dans les Antill ' es françaises par exemple. Du Concorde il dira : « c'est notre horloge, 1lh20, il fait énormément de bruit, mais il est magnifique ! Il fait vibrer les carreaux de la petite avancée ». Travaillant bénévolement pour la mairie, il connaît le Plan de gêne sonore, les aides à l'habitat... et il estime que « si on avait tout ce qui est promis, ça serait intéressant 1 » La vraie solution, selon lui, c'est la réduction du bruit à la source car l'isolation ne règle pas le problème des jardins.

   
 

Iverny 02

Une femme de 42 ans, mariée avec deux enfants, vivant dans une maison de ville de six‑sept pièces « un peu biscornue », car issue de la réunion de deux maisons plus petites. Elle travaille comme secrétaire de mairie à Tremblay. Son mari est maître d'hôtel. Leur niveau de revenus et de 24 KF. L'important pour elle, dans l'ordre, ce sont les enfants, la famille, son mari, son travail. Ils ont choisi de vivre là, pour la proximité de leur travail et les bonnes communications, enfin pour le rapport qualité prix de l'endroit. Ce qui fait problème pour elle que ce sont les avions, surtout depuis l'accord sur la nouvelle piste : les problèmes d'environnement sont importants. Le bruit des avions s'est accentué, surtout la nuit. Elle trouve les charges locales et foncières très chères pour un tel environnement. Cela ne semble pas sans rapport avec le fait qu'auparavant elle vivait à Bagnolet en HLM, proche du périphérique, et qu'elle entendait bien le bruit de cette circulation, dit‑elle. Depuis deux ans qu'ils sont là, ils commencent à connaître un peu mieux les voisins, surtout à travers les enfants. Ils reçoivent beaucoup de visites, des amis s'installent eux aussi dans le coin. Mis à part les avions, le seul inconvénient de leur nouvelle existence c'est le café d'en face, un café à camionneurs... Elle dit retrouver ici quelque chose de son enfance d'exilée espagnole à Montauban, la verdure, la campagne. Depuis qu'ils vivent là, ils ne sont pas encore retournés au cinéma. Concernant le bruit, elle dit que maintenant il y a beaucoup plus de moteurs qu'autrefois, et davantage de bruit la nuit. Elle même se trouve bruyante quand elle fait son ménage. Un bruit de tracteur tôt le matin, ou la bétonnière d'un bricoleur du dimanche gâchent le plaisir de la campagne, elle préfère encore les avions ! Les avions ne sont gênants, en fait, que quand le vent est porteur « il y a des jours où on ne les entend pas ». Mais les jours de décollage on les entend très fort ; « le dimanche on les entend même en continu, c'est ce qui dérange le plus ». Le soir, parfois jusqu'à minuit, elle entend des avions ; les étés davantage qu'à la mauvaise saison. Lors de la grève d'Air France ils se sont aperçus que l'essentiel de la gêne, y compris la nuit, correspond aux vols de cette compagnie. Le bruit influe sur la santé, il porte sur les nerfs, il est stressant. Elle est plus sensible au bruit lors de la rentrée de septembre, parce qu'elle a passé des vacances au calme. Quand le bruit d'un avion est extrêmement fort, il lui est arrivé de sortir dans la rue pour regarder ce qui se passe. Cela lui arrive aussi lors des survols du Concorde, « parce qu'il est beau » ; son bruit est très fort, mais il est très court.

   
 

Iverny03

C'est une femme de 33 ans, qui a deux enfants et habite une maison de ville avec cour intérieure de cinq pièces, riveraine de la départementale 115 qui traverse lverny. Elle est comptable « dans une grande boîte à Neuilly sur Seine », son mari est chauffeur, ils ont un niveau de revenus de 20 KF. Il se joindra à nous en cours d'entretien. Le problème principal chez eux ce sont les camions de betterave entre le mois d'octobre et de décembre ; ensuite les avions. Mais il se plaignent encore davantage du bruit des voisins « qui n'ont aucun respect des normes de la communauté », car Roissy disent‑ils, « on s'y habitue, ». Dans l'ensemble ils trouvent qu'il y a davantage de bruit maintenant qu'il y a 7 ans, quand il se sont installés. Les avions sont le plus gênants le soir, de 19h à 21 h., ils font plus de bruit au décollage, ça empêche de dîner dehors ; on les entend davantage quand il fait mauvais temps parce qu'il passent plus bas. Ils sortent souvent à 11 hl 5 pour voir passer le Concorde. Avec le bruit de la route ils ne sont dérangés par les avions qu'au dehors de la maison, et surtout le week‑end car ils travaillent ailleurs en semaine. lis ne croient pas que le bruit des avions influe sur la santé, « sauf qu'il énerve beaucoup certains jours. »

   
 

4.6 St Mard

Sigle
Zone/N°
Type
Habitat
Profession
Sexe/Age
N enfants
Revenus du
ménage
Style de
loisirs
Poss / disp Rés. Sec.
Indicateur BEP
StMard01 HLM F2 instit
F/28 ans
sans
15 kF
sorties ds région non moyen
StMard02 pav 6 p mère aiu foyer
F/40 ans
3
15 kF
vac = famille possib moyen
StMard03 pav 6 p techn. industr
H/35 ans
3
22 kF
camping non moyen
StMard04 pav 6 p enseignant
F/34 ans
3
22 kF
camping non moyen
   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Att. env
aviation gal

Att. env chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Br avions

Air, eau

Civisme

Positive

Pos tr crit

Br nat violente dérange

Br avions

Air, kéres

Eau

Positive

Pos crit

Déçuepar campagne

Br avions

air

délinqu

indiff

Pos crit

Vraiment gênésI

Br aviom

kérosène

eau

indiff

Pos crit

En été, plein les oreill

   
 

StMard01

L'interviewée est une femme de 28 ans, sans enfants, qui vit maritalement. Elle est institutrice à 12 krn de là ; son compagnon est ingénieur informaticien ; leurs revenus globaux sont de l'ordre de 15 KF. L'important pour elle c'est le bonheur, la santé. L'endroit où elle habite est très clair, très vert, avec des grandes fenêtres. Elle y trouve une grande qualité de vie par comparaison avec son ancien quartier dans le 93, quartier calme mais purement urbain. Le bruit des avions constitue le seul aspect négatif du quartier : la pureté de l'eau est satisfaisante, l'eau a bon goût. L'air, pour sa part, est meilleur qu'à Paris. Mais l'environnement devient très vite stressant quand il fait beau ' et qu'il passe 5 avions en 15 minutes. Elle prétend ne pas avoir besoin de passer des week‑ends à la campagne ‑ Dur échapper au bruit des avions. Pour ses vacances, elle préfère aller à la mer ; cependant le bruit du vent ou de la tempête la dérange : le bruit en général a pour elle une très grande importance. Elle trouve qu'il y a maintenant beaucoup plus de bruit qu'autrefois : bruits de transports, mais également les médias, la télé, la radio. Les avions sont très gênants le soir à partir de 19h30 ou 20h00, mais elles ne les entend pas pendant la nuit. Elle ne perçoit pas de différences entre les atterrissages et les décollages, son ami par contre les perçoit. A l'école où elle travaille on a du interrompre un match de football avec des élèves à cause du passage du Concorde, qu'elle trouve très beau mais extrêmement bruyant. Les avions à hélice dérangent moins à son domicile mais à d'autres endroits il sont terribles, de même que les avions militaires quand il y en a.

   
 

StMard02

L'interviewée est une femme de 40 ans mariée et mère de trois enfants ; elle est mère au foyer. Elle habite un pavillon de 6 pièces avec jardin de 700 M2. Son mari est ingénieur technico‑commercial ; ils ont un niveau de revenus de 15 KF. Ils habitent l'endroit depuis 6 ans, mais n'étaient pas du tout de la région : ils viennent de Tours, le mari a accepté une mutation sur Paris et ils ont voulu éviter la ville et la banlieue en s'établissant à St Mard. Ce qui fait problème dans leur existence c'est qu'ils sont déçus du choix qu'ils ont fait de la campagne : ils trouvent finalement qu'il y a autant de problèmes que dans la grande ville, qu'ils connaissent très bien ayant vécu au centre ville de Tours et également au centre ville de Lyon. Cela en dehors même des problèmes d'environnement, qui dans l'ordre sont : le bruit, l'eau qu'ils sont obligés de boire en bouteille, les odeurs de kérosène, et les voisins bruyants. « Les avions, au moins, on s'y attendait ». Ils rêvent désormais d'une grande maison, sur un grand terrain, très isolée. Ils retournent souvent chez sa sœur, ou ses beaux‑parents, dans la banlieue lyonnaise où ils n'entendent plus d'avions.
Ils aiment les vacances en forêt ou au bord de la mer ; à la campagne des bruits de tracteurs ne les dérangent pas : « c'est comme le chant du coq ». Le bruit les dérange beaucoup, ils ont l'impression que « c'est toujours quand ça pourrait être calme » qu'il y en a le plus, et que les gens, décidément, aiment faire du bruit. Les avions également semblent, ces derniers temps, avoir décidé de survoler précisément leur pavillon. Le Concorde, par exemple, quand il garde sa route normale ne pose aucun problème, « mais quand il me survole ça fait gling gling dans la vitrine et ça vibre longtemps ». Elle sort pour le regarder. Les petits avions à hélice ne la dérangent pas, elle a vécu près d'un aéroclub à Lyon. Les gros peuvent être dérangeants à cause de l'heure : « ça réveille ».

   
 

StMard03

Il s'agit d'un couple (34 et 35 ans), elle est enseignante à 8 km de là, et lui est dans l'automation industrielle à Marne la Vallée ; ils ont trois enfants. Ils vivent là depuis 1990, dans un pavillon de 6 pièces, dont le jardin fait 900 M2. Leur niveau de revenus et de l'ordre de 23 KF. Ce qui est important pour eux, c'est de vivre là où les enfants se sentent le mieux. Les principaux problèmes sont le bruit des avions, la pollution de l'air (la table de jardin est noire à cause du kérosène), ainsi que l'eau qui est très calcaire. Le problème se pose avec plus d'acuité à la belle saison, par rapport à l'utilisation du jardin : « C'est en plein été qu'on est vraiment gênés ! On en prend plein les oreilles ! » Pendant ses deux mois de vacances en tant qu'enseignante, elle est forcée d'établir son emploi du temps par rapport aux avions en profitant de leurs heures creuses. Ils ont choisi leur pavillon pour se rapprocher du village de St Mard, « il y a davantage de vie urbaine » qu'à Thieux où ils vivaient auparavant. Le voisinage leur paraît convivial, il y a eu beaucoup de bricolage au départ, et beaucoup d'entraide entre voisins. Ils font partie d'une association antibruit, ils militent pour l'environnement en général. Ils n'ont pas de maison de campagne, et font du camping en vacances pour être plus près de la nature. Ils supportent bien tous les bruits naturels, les engins agricoles ne les réveillent pas. Ils pensent qu'il y a maintenant plus de bruit qu'autrefois, car « si le projet de la cinquième piste été abandonnée d'autres ont été construites » : si on parle de bruit, il ne peut s'agir dans leur esprit que de bruit d'avions. Les avions les dérangent le plus à leur retour du travail, dans le jardin, de 11 h30 à 14 heures, et de 18 heures à 21 heures. Les décollages « on les entend depuis la salle à manger ». Ils sortent parfois pour regarder certains avions, surtout le Concorde, qui « parfois passe à 21 heures ! On le regarde toujours, il est le plus bruyant ». Ils constatent, toutefois, qu'il existe une habituation relative car des amis en visite chez eux sont surpris par le bruit de certains avions qu'eux‑mêmes n'entendent plus. L'influence sur la santé porte sur l'énervement. Les avions à hélice ne sont gênants que sur le Bourget. Une solution sont les procédures d'envol, « l'A‑320, il décolle avec un angle beaucoup plus raide, on les entend beaucoup moins. »

   
 

4.7 Montmorency

Sigle
Zone/N°
Type
Habitat
Profession
Sexe/Age
N enfants
Revenus du
ménage
Style de
loisirs
Poss / disp Rés. Sec.
Indicateur BEP
Montmor01 HLM F4 agent éduc. F/64 ans
3
15 kF
sorties ds région non moyen
Montmor02 mm standing 4p affaires div. H/37 ans
2
30 kF
Corrèze oui positif
Montmor03 mm studio prof. des écoles H/28 ans
sans
15 kF
montagne oui positif
   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Att. env
aviation gal

Att. env chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Dégradat

Bandes

eau

indiff

négat,sécu

Par moments avions=pb

Civisme

Bruit avions

poll envir

positif

négat, chôm

Vraie vie = Corrèze

Br avions

Civisme

 

négatif

mitigé

survols école Gonesse

   
 

Montmor01

Femme de 46 ans mariée, mère de trois enfants. Elle est agent d'éducation, son mari ouvrier électricien. Ils gagnent 15 KF. lis vivent dans un F4 en HLM, où ou il se plaignent des dégradations depuis un an maintenant, du fait « de bandes venues des autres banlieues ». L'important pour eux, avant tout, c'est la propreté. Le bruit n'est pas mentionné comment problème d'environnement, « ici, c'est calme, le bâtiment B est calme... » C'est la pureté de l'eau qui pose problème, ils boivent de l'eau minérale. Le thème du bruit apparaît à propos du travail : son travail dans des cantines scolaires est bruyant. Les voisins également sont bruyants, ils la réveillent la nuit (fêtes), ils bricolent parfois tard le soir (perceuses). Concernant le bruit des avions elle dira « par moments c'est un problème ». À la belle saison, avec les départs en vacances, elle les entend à partir de 5 heures du matin. Voir les avions depuis chez elle « n'est pas évident ». Elle ignore sa distance à Roissy. Le bruit des avions n'a pas changé. Il n'influe pas sur sa santé, mais peut‑être chez d'autres personnes au niveau de l'audition. Elle ne voit aucune différence entre les avions, même entre le Concorde et les autres.

   
 

Montmor02

Homme de 37 ans, vivant maritalement, deux enfants. Habite un quatre pièces dans un immeuble classique. Il gère une auto‑école ; son amie est responsable commerciale, ils ont un niveau de revenus d'environ 30 KF. L'important, pour lui, c'est la qualité de vie, et le rôle social : « trouver sa place, socialement. » Il a choisi de vivre sur les hauteurs de Montmorency, au bord de la forêt, retiré du centre : « c'est ‑ rel ati vement agréable », mais son vrai terroir est dans sa Corrèze natale. Auparavant il habitait à Soisy, qu'il a quitté à cause du projet BIP (autoroute urbaine). Le problème pour lui c'est le manque de temps, il a plusieurs activités, dont sa militance pour les Verts. L'environnement prend la première place dans ses préoccupations, une place nationale. Il précise qu'il ne vote plus ici, mais en Corrèze. Les problèmes d'environnement vont du manque de civisme individuel, tel que les bouteilles jetées en forêt, jusqu'au nucléaire et à la politique de l'environnement au plus haut niveau. À la campagne il aime le calme mais aussi les orages. Les engins agricoles, cependant, polluent l'air. A Montmorency, le bruit est un problème important sur le haut de la colline où se situe son immeuble : il reçoit le bruit des avions de plein fouet, et se demande s'ils respectent bien les hauteurs de su rvol réglementaire. Il trouve les avions plutôt gênants à l'atterrissage, selon lui leur bruit n'a pas sensiblement changé. Il pense que les avions ont une influence sur la santé. Le Concorde passe tous les jours à 11 hl 5, « Il est très bruyant, mais il est beau, est c'est une réalisation, un patrimoine ». Il ne voit comme solution que de déménager les aéroports, mais refuse l'idée d'un grand aéroport pour les futurs supersoniques en Corrèze.

   
 

Montmor03

Homme de 28 ans, célibataire, habitant un studio, « professeur des écoles » sur Gonesse, gagnant 15 KF. L'important pour lui « c'est de vivre bien ». Il mène la vie normale d'un jeune de son âge ; il est sportif et fait du VTT et du jogging. Ses parents étaient ouvriers, et il a « réussi pas mal d'études ». Rien ne fait problème dans son existence actuellement. Mais, concernant l'environnement, il déclare que les avions posent problème. Le problème du bruit se pose pour lui surtout dans son travail à l'école, « on est obligé de vivre avec ». Même le parquet, dit‑il, y est bruyant. Le bruit en général augmente parce qu'il y a de plus en plus de moteurs, et « parce que les gens ne se rendent pas compte du bruit qu'ils font, ils vivent dans le bruit ». Lui‑même, les éboueurs le réveillent la nuit. Mais c'est le bruit des avions qui constitue le « gros point noir ». Les avions commencent tôt le matin vers 5 ou 6 heures, les différences entre décollages et atterrissages sont « flagrantes ». Il n'a pas besoin de sortir dehors pour les voir, ils passent souvent très bas au‑dessus de son immeuble (le même immeuble que l'interview précédent). Il pense que le bruit des avions à une influence sur la santé, notamment « les états dépressifs à Goussainville » et sur les écoliers de son établissement à Gonesse, où « les conditions sont terribles » ; cette école est obligée de fermer lors de la tenue des salons du Bourget. Le Concorde passe assez haut chez lui, mais il sait qu'à Gonesse il est terriblement bruyant. Il connaît bien les différents avions, « a force de les voir » et trouve qu'en ce moment il y a beaucoup d'avions à hélice. La solution selon lui est dans la technologie des réacteurs.

   
 

4.8 Sannois

Sigle
Zone/N°
Type
Habitat
Profession
Sexe/Age
N enfants
Revenus du
ménage
Style de
loisirs
Poss / disp Rés. Sec.
Indicateur BEP
Sannois01 imm. stand. 5p au foyer
F/66 ans
3
22 kF
de tout oui moyen
Sannois02 pavillon 7p empl. banque
H/50 ans
2
55 kF
mer, montagne frère positif
   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
Pb°2

déclare
PbN°3

Att. env
aviation gal

Att. env chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Br avions

Br circulat

eau calcair

Cr accid

mitigée

imm = sécurité (av Pav

sécurité

urbanisat

Br avions

Positif

Pos crit

procéd vol non respect

   
 

Sannois01

L'interviewée est une retraitée de 66 ans, mariée et mère de trois enfants. Elle habite un immeuble du centre ville de Sannois, un appartement de cinq pièces. Son mari était courtier, leur niveau de revenus est de 20 KF. Ce qui fait problème pour elle c'est d'abord le bruit, ensuite l'eau trop calcaire. Ils ont été les premiers habitants de cet immeuble moderne du centre ville, dans lequel ils se sont repliés pour être plus en sécurité, après plusieurs cambriolages de leur pavillon. Elle ne reconnaît pas du tout le Sannois de son enfance, où les enfants pouvaient jouer dehors en toute sécurité ; elle préfère la vie d'autrefois. Ils partent le plus souvent possible dans leur maison de campagne « pour décompresser de la vie urbaine », mais la base d'Evreux en est proche. Les activités agricoles à la campagne « ne sont pas agréables ».
Le bruit est très important par rapport aux autres problèmes, car il y en a de plus en plus : la circulation et les avions en premier lieu, mais également les jeunes qui rôdent en bandes la nuit au centre ville, « et font des fêtes impossibles ». Son appartement se trouve donc cerné par le bruit de toutes parts : dans la rue devant chez elle il y a la circulation le jour et les bandes de jeunes la nuit, sur la façade derrière il y a le bruit des avions que l'on entend très bien, et pour comble de malheur son voisin de dessus possède un petit Yorkshire, aux aboiements fréquents duquel réplique instantanément celui de son voisin de dessous (un Yorkshire également) !
En ce qui concerne le bruit des avions, il pose problème tous les matins, côté chambre. La vallée de Montmorency résonne, répercute les bruits des avions. Elle ne perçoit pas de différences entre les décollages et les atterrissages, mais les voit très bien de chez elle ; elle va les voir à sa fenêtre quant ils font trop de bruit. Le bruit des avions a changé, elle a l'impressi ' on qu'il y en avait moins autrefois, ou bien qu'ils passaient ailleurs. Il lui arrive de ne pas les entendre quand on passe l'aspirateur. Lorsque le Concorde passe, elle pense à sa fille qui habite exactement sous sa trajectoire. Les aéroclubs, les avions à hélice, les hélicoptères ne les dérangent qu'à la campagne, près d'Evreux : « nous avons de tout, même des ULM, et puis les préparatifs du défilé aérien du 14 juillet ! » Elle préfère finalement ne pas apprendre à piloter car elle aurait trop peur des lignes à haute tension en volant à basse altitude...

   
 

Sannois02

L'interviewé est un homme de 50 ans, marié et père de 3 enfants. Il est cadre supérieur dans la banque, sa femme est chirurgien dentiste en libéral. Ils habitent un grand pavillon cossu de 7p. avec un jardin de 800M2. Leur niveau de revenu est de 50‑60 KIF. L'important pour lui c'est un bon environnement, ils sont des parisiens venus s'installer en banlieue précisément pour le trouver. Il ne se plaint d'aucun petit problème « seulement de grands : la sécurité et l'urbanisation, la tendance à densifier ». Il participe à l'association de quartier qui regroupe 8000 habitants ; ils ont obtenu une barrière pour se couper du centre de Sannois, et depuis ils se sentent tout à fait au calme. Il ne fréquente plus la maison de campagne de ses parents, qu'il laisse désormais à ses frères. À la campagne, les activités agricoles ne le dérangent pas. Les bruits, pour lui, c'est « le bruit des avions à certaines périodes. » Depuis quinze ans qu'il vit là, il n'a pas noté de différences dans le bruit ; il perçoit celles entre Sannois et Paris, et le fait de devoir boire de l'eau en bouteille. Mais il a un voisin hypersensible, deux ou trois maisons plus loin, qui se plaint du moindre bruit, « sans doute un cas psychologique ».
Concernant le bruit des avions, ils ne dérangent que par vent d'Est, mais il redoute l'extension des pistes de Roissy et une modification des trajectoires d'envol. il ne perçoit pas de différence entre les décollages et les atterrissages et il n'a pas d'odeur de kérosène. Il est assez sensible au bruit, personnellement, il entend aussi bien les avions que le RER ou l'autoroute 115. Il entend bien le Concorde, mais il ne s'en plaint pas car c'est deux fois par jour seulement. Il n'est pas certain que les avions respectent les plans de vol, les altitudes etc.

   
 

4.9 Le Mesnil Amelot

 

Sigle
Zone/N°
Type
Habitat
Profession
Sexe/Age
N enfants
Revenus du
ménage
Style de
loisirs
Poss / disp Rés. Sec.
Indicateur BEP
LMnilAm01 immeuble, studio cadre admin F/48 ans
2
22 kF
Corse oui, pour retraite positif
LMnilAm02 maison de ville, 4p mécano H/28 ans
1
14 kF
caravane bx parents moyen
   
       
 

déclare
PbN°1

déclare
PbN°2

déclare
PbN°3

Att. env
aviation gal

Att. env chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Br mobylet

camions, bus

tracteurs

Très positive

nég, repli

les gens ont peur du silence

Air (asthme)

Br avions

camions

les débuts

nég, suicidaire

Ils déboisent l'Amazonie

   
 

LeMesnAm01

L'interviewée est une femme de 48 ans, mariée et mère de deux enfants. Ils habitent provisoirement en attente de résoudre un conflit juridique concernant la livraison de leur nouvelle maison en Corse. Elle est cadre administratif en mairie, le mari est mécanicien d'Air France sur moteurs à réaction. Leur niveau de revenus et de 22 KF. L'important pour elle c'est l'environnement, c'est la raison pour laquelle ils ont fait construire à une maison en Corse, sa région d'origine (elle a vécu jusqu'à 8 ans près de la base aérienne de Ghisonaccia). Malheureusement l'entrepreneur ayant fait faillite, il y a des difficultés matérielles pour récupérer cette nouvelle maison, alors même que leur pavillon à Vemars était déjà vendu. Ce problème n'est cependant pas grand‑chose en comparaison de son problème de santé : suite à une transfusion douteuse il y a dix ans, elle souffre d'une maladie grave dont elle ne veut pas dire le nom, mais dont le pronostic est inquiétant. Elle y fait face courageusement, « sans Prozac ». Elle occupe son temps à maîtriser l'informatique, les modems, et le tricot ! Elle aime bien la mer, la plage en décembre. A la campagne les activités agricoles la dérangent. Le bruit est quelque chose d'intolérable, « sauf les avions » ! Elle trouve que « les mobylettes donnent envie de tuer ». La gêne dépend de la musicalité des bruits : le son des cloches est supportable, les autobus de la déviation actuellement devant chez elle ne le sont pas. Il lui est souvent arrivé d'appeler la police à cause des voisins bruyants. Concernant le bruit des avions elle dira tout d'abord « que ça, de la dérange pas », surtout les essais de moteurs qui signifient pour elle que son mari fait son travail ; mais un peu plus tard elle explique que les décollages sont vraiment gênants... Elle ne connaît pas la différence des bruits entre les différents avions, chose qu'elle a délégué à son mari. Elle pense que l'on arrive à éliminer le fait de les entendre, mais le bruit des avions a une influence sur sa santé, dit‑elle, il provoque un choc physique, une montée d'adrénaline. Le Concorde est très beau, il est très bruyant mais il monte très vite.

   
 

LeMesAm02

L'interviewé est un homme de 28 ans, vivant maritalement, père d'un enfant. Il travaille comme mécanicien chez Citroën à Aulnay, sa femme est secrétaire. Leur niveau de revenus est de 14 KF. Ils habitent une maison de ville de quatre pièces, dans laquelle il faudrait 80 KF de travaux d'isolation pour le salon, et 40 KF pour la cuisine. L'important pour lui est de mieux respirer, dit‑il : il y a trop de pollution, trop de déforestation, en Amazonie il y a eu des milliards d'hectares de forêt coupée. Il ne fait pas confiance à l'eau du robinet, il boit de l'eau en bouteille. Il est asthmatique, il est soigné par désensibilisation ; il attribue son asthme aux gaz des avions, aux fortes chaleurs, aux pics de pollution. Les problèmes d'environnement sont extrêmement importants pour lui, la pureté de l'air en premier lieu, en second l'état des routes pour les rendre plus fluides, en dernier la crainte des chutes d'avions. Il est né ici même, ses parents habitaient cinq cents mètres plus loin ; c'est la vie de village. Il dira curieusement ne pas avoir de temps libre, ses activités de loisirs l'absorbant entièrement... Une fois par mois ils vont du côté de Péronne, dans la maison de ses beaux‑parents, pour se déstresser car ils n'ont pas de bruit d'avions. À la campagne, il n'a jamais entendu des bruits agricoles. Le bruit des avions est « gênant l'été pour le barbecue : un avion toutes les cinq secondes », il provoque des fissures dans la maison, des vibrations du sol, « et ils construisent deux nouvelles pistes ». Il faudrait mettre en place le « contre‑bruit » au décollage, dont il a lu la description dans un article de la revue de l'ADP distribuée gratuitement dans la région. Il met parfois la musique à fond, chez lui ou dans sa voiture, « ça fait écran ». Parfois ce sont les voisins qui sont gênants, avec leur escalier en bois, quand la petite dort. Gênants également, les camions qui font du travail de nuit. Concernant les avions plus particulièrement, le plus gênant ce sont les pics de décollages vers 10, 11 heures jusqu'à 15 heures et le soir à partir de 22 heures jusqu'à une heure du matin. Il ne sort jamais de chez lui pour voir passer un avion, « ça fait vingt ans que je les vois ! Sauf le Concorde, mais celui‑là passe vite ! » Le bruit des avions a changé, la Caravelle a disparu, « elle mettait longtemps à passer ». Il lui arrive de ne plus entendre les avions, « mais seulement les tout petits ». Il n'est pas certain que le bruit des avions ait une influence sur sa santé, « mais ça rend nerveux, ça stresse ». Une solution, d'après lui, serait de reverser correctement les fonds collectés contre le bruit, et réservés aux accédants d'avant 1978.

   
 

4.10 Le Mesnil Aubry

Sigle
Zone/N°
Type
Habitat
Profession
Sexe/Age
N enfants
Revenus du
ménage
Style de
loisirs
Poss / disp Rés. Sec.
Indicateur BEP

LMnilAub01

mais.ville 5p

cadre technique H/52ans
3
19kf
montagne non positif
LMnilAub02 villa 6p mère famille F/37 ans
6
14 kf
montagne non moyen
   
       
 

déclare PbN°1

déclare PbN°2

déclare PbN°3

Att. env aviation en général

Att. env le chgt
social

Représentation actuelle la plus
prégnante

Bruit des avions

voisins

 

Très positif

négatif, insécurité

Président de nombreuses associations

Bruit des avions

Air (kérosène)

eau calcaire

Positif

nég, repli

Gêne au
retour de vacances ds les Vosges

   
 

LeMesnAub01

L'interviewée est une femme de 37 ans, mariée et mère de six enfants. Elle habite une maison de ville de 6 pièces, dans la rue centrale du village. Son mari est chauffeur agricole. Leur niveau de revenus est de 14 KF. Ce qui est important pour elle c'est une bonne vie à la campagne. Mais il y a les avions de Roissy, à 5 kilomètres à vol d'oiseau. Elle ne voit aucun autre problème dans son existence, sauf des allergies. Les problèmes d'environnement sont dans l'ordre : le bruit, l'air, et l'eau qui est très calcaire. Le kérosène se dépose sur les vitres. Mais les pots d'échappement des voitures des clients de la boulangerie d'en face sont encore pire. C'est la vraie vie de village, ils connaissent tout le monde, le curé, etc.. lis sont en froid avec les boulangers : leur caravane garée devant chez eux gêne la boulangerie. La nuit à la campagne ils ne sont gênés que par les camions de betteraves. Le bruit est une préoccupation importante, elle trouve qu'il y a de plus en plus d'avions, de circulation, etc. Le meuglement des vaches lui manque. Le bruit des avions est le plus pénible en rentrant de vacances, à cause du calme dans les Vosges. Il passe un avion toutes les quarante secondes le soir entre 1 8h30 et 21 h30. Selon le vent ils passent très bas au‑dessus de chez elle au décollage, elle n'entend jamais d'atterrissage. Parfois, ils sortent voir passer le Concorde « parce qu'il est très beau ! » Depuis neuf ans qu'ils sont là, elle ne trouve pas que le bruit des avions ait changé. Il influe sur la santé, il provoque des acouphènes. Aux débuts de sa vie de couple elle entendait les avions de la base militaire de Meyenheim : ici, c'est pire ! Elle ne pense pas que l'on puisse faire grand‑chose.

   
 

LeMesnAub02

L'interviewé est un homme de 52 ans, marié, père de trois enfants. Il habite un pavillon de cinq pièces, avec un jardin de 700M2. Il est surveillant de travaux à la DDE, sa femme est chef de service d'une société d'intérim. Leur niveau de revenus et de 19 KF. L'important pour lui c'est le bruit de l'aéroport, la décharge de l'AREPP, l'autoroute, la RN 16. Également l'apparition de l'insécurité dans les petites communes. Récemment son barbecue a été volé, ainsi que le stock du voisin. Il est président de l'association du lotissement de douze lots. Il constate un renfermement croissant, une perte de convivialité depuis 1981. Dans son enfance, il a connu Villeneuve‑Saint‑Georges vers 1950 et n'a pas gardé de souvenir des avions. L'aviation est une des grandes épopées de notre époque ; son père était un ami de l'as de la chasse Clostermann. Dans la nature il aime aussi bien le calme que le torrent où l'orage. Il a du mai à s'imaginer « à la campagne », et il répond à la question sur les engins agricoles qu'un tracteur à 5h du matin ne le gène pas : « on ne les entend pas, les avions les couvrent ». C'est le vent d'Est qui apporte le bruit, le vent d'Ouest le diminue. Le temps cotonneux et le brouillard diminuent également le bruit. Les différences sont très nettes entre décollages et atterrissages. « Aux décollages, parfois, leurs ailes sont remontées tellement ils sont chargés ». Non seulement il les voit de chez lui, mais il pense même que les pilotes utilisent son pavillon à lui comme balise pour tenir leur cap lorsqu'ils décollent : ils passent tous au‑dessus de chez lui ! Le bruit des avions à changé pour certains modèles, il reconnaît les Airbus. Il est certain que le bruit des avions influe sur la santé. Il connaît le système Sonate, etc.